C'est désormais prouvé scientifiquement: les femmes sont surtout attirées par les capacités intellectuelles des hommes alors que pour attirer ces derniers, l'intelligence d'une femme représente plutôt un obstacle. C'est ce que révèle une enquête britannique qui sera bientôt publiée dans le magazine «Journal of Personality and Individual Differences» et dont les résultats ont déjà été publiés dans le «Sunday Times».

Les chercheurs des universités de Bristol, Aberdeen, Glasgow et Edimbourg ont mesuré, pour les besoins de cette étude, le QI d'un millier de garçons et filles âgés de 11 ans et observé, 14 ans plus tard, si ces enfants ont réussi à trouver un partenaire. Le résultat confirme ce que beaucoup supposaient: les femmes recherchent des hommes intelligents, ce qui signifie que les hommes avec un QI élevé ont plus de facilité à se «caser». Ainsi, au sein de la classe socio-économique la plus élevée, 88 pc des hommes sont mariés, contre 80pc dans la classe la moins élevée.

L'intelligence est donc bien un atout pour les hommes célibataires. Par contre, pour les femmes, elle est surtout un obstacle. Les chercheurs ont ainsi constaté que les fillettes de 11 ans qui avaient particulièrement bien répondu au test du QI ont, 14 ans plus tard, plus de difficultés à trouver un partenaire.

Sur l'échelle du QI, à chaque fois que les hommes obtiennent 16 points de plus, ils ont 35pc de chance en plus de trouver une femme. Pour les femmes, leur chance de vivre une relation stable diminue de 40pc à chaque fois qu'elles grimpent de 16 points sur l'échelle du QI.

Selon les sociologues qui ont analysé l'étude, ce résultat vient du fait que les hommes recherchent encore une femme qui leur fait penser à leurs mères, des femmes qui ont tendance à s'effacer face à leur époux.

Mais une autre célèbre spécialiste anglaise des relations estime pour sa part que beaucoup d'hommes « ne veulent simplement pas d'une femme plus intelligente qu'eux » et que les hommes ne sont pas encore prêts à jouer le rôle de l'homme au foyer pour laisser leurs épouses accomplir leurs carrières.

© La Libre Belgique 2005