Lors de chaque Mondial, le pays organisateur accueille un flot massif de prostituées étrangères, venues "offrir" leurs services aux supporters. L’Afrique du Sud, où la prostitution est formellement interdite, a d’ailleurs décidé de la tolérer pendant le tournoi.

Le problème majeur, c’est que de nombreuses filles vendront leurs charmes contre leur gré. On estime ainsi à 40 000 le nombre de femmes qui seront importées dans le pays pour s’y prostituer. Vu le nombre important de personnes contaminées par le sida, on dénombre aussi de plus en plus d’enfants parmi les victimes de ce trafic. Et à l’heure actuelle, aucune loin sud-africaine ne punit ce genre de pratiques

La Fondation Samilia, qui lutte contre la traite des êtres humains, a ainsi décidé de lancer une campagne baptisée "Play the ball, not the woman" (Jouez au ballon, pas avec la femme) pour lutter contre ce phénomène.

Ce projet, présenté hier au Sporting Anderlecht, est soutenu par plusieurs personnalités du ballon rond, comme Roger Vanden Stock et Mbo Mpenza et Alain Courtois. "Il est inacceptable qu’un Mondial soit utilisé à de telles fins", précise Courtois. "J’ai d’ailleurs alerté la Fifa, qui demandera aux prochains organisateurs de grands tournois d’en tenir compte."

Pierre Migisha soutient également cette campagne : "Associée au football, la prostitution a souvent eu une image festive, comme ce fut encore le cas lors de l’affaire Ribéry. Il faut casser cette image et ne pas oublier que la plupart de ces femmes, contrairement aux footballeurs, ne sont pas libres."