L'opposition MR en Fédération Wallonie-Bruxelles estime lundi que la responsabilité du ministre des Sports, René Collin, est engagée au lendemain du déploiement dans les tribunes du Standard d'une banderole présentant Steven Defour décapité.

"C'est là un acte particulièrement honteux qui donne une image, une fois de plus, peu reluisante du monde du football. Bien sûr, comme chaque fois, les débordements ne sont le chef que de quelques supporters, d'un bloc et d'une tribune particulière, mais c'est tout le club, la Ville, la Fédération Wallonie-Bruxelles et le sport belge qui sont désormais pointés du doigt dans la presse mondiale", dénonce dans un communiqué la députée réformatrice Virginie Defrang-Firket.

"Ce qui me choque également, c'est la réaction du ministre Collin qui s'est indigné sur les réseaux sociaux tout en ayant décidé, en décembre dernier, de réduire les budgets accordés à la promotion du fair-play... C'est un peu du "Faites ce que je dis, pas ce que je fais !". Depuis les derniers incidents au Standard du 19 octobre dernier et les envahissements de tribunes lors du match contre Zulte, qu'a concrètement fait le ministre? ", ajoute la députée qui annonce vouloir l'interpeller à ce sujet mercredi à l'occasion de la séance plénière du Parlement de la Fédération.

Dans le même communiqué, le député Jacques Brotchi se dit "atterré" par ces événements. "Dans le contexte actuel où des actes barbares de telle sorte sont commis par l'Etat islamique, ce tifo était plus que de mauvais goût ! Il s'agit d'une incitation à la haine et à l'assassinat punis sévèrement par le code pénal. J'attends que des sanctions soient prises. En outre, la Fédération Wallonie-Bruxelles, via le plan Foot, octroie de nombreux subsides aux différents clubs, dont le Standard. Il serait dés lors opportun d'envisager une responsabilisation quant à l'octroi de ces subsides et j'invite le ministre Collin à prendre les siennes en la matière", ajoute-t-il.

Pour les réformateurs, il serait "opportun" que l'Union belge prévoie, dans ses règlements, la possibilité de sanctionner ce genre de tifo et que le ministre intervienne dans ce sens.


Pas de dossier au parquet de Liège

Le Tifo de la T3 n’en finit pas de susciter les passions. Au parquet de Liège aussi, nombre de magistrats le trouvaient très mauvais goût, sans pour autant le condamner… pénalement.

Il est vrai que la notion d’incitation à la haine est, finalement, quelque peu subjective.

Deux choses sont acquises à l’heure d’écrire ces lignes. La première, c’est que le parquet de Liège n’a (encore) enregistré aucune plainte, de qui que ce soit.

À ce titre signalons qu’un supporter bruxellois (ou même liégeois) choqué pourrait le faire. Un dossier serait alors initié sans nécessairement déboucher sur une condamnation.

La seconde, c’est que le même parquet ne va pas ouvrir un dossier d’initiative.