Mystère au grand magasin

Mystère au grand magasin
Lorfèvre Alain

Benjamin Malaussène (Raphaël Personnaz) a la poisse. Il est le bouc émissaire du patron du service des réclamations du grand magasin parisien où il travaille. Quand plusieurs de ses collègues deviennent victimes d’accidents explosifs, la police a tôt fait de le soupçonner. Que va faire Benjamin qui, question grand bazar, doit en outre veiller à la destinée de demi-frères et demi-sœurs pas toujours bien assortis ? En plus, il y a cette charmante journaliste (Bérénice Bejo) qui lui fait tourner la tête…

"Le bonheur des ogres", c’est d’abord un roman de Daniel Pennac. Roman délicieusement iconoclaste, où les marginaux ont la part belle, comme toujours chez le romancier français, et où la fantaisie burlesque permet d’aborder des sujets graves ou noirs. Car il est ici question non seulement de meurtres en série, mais aussi d’une terrible histoire de disparition d’enfants.

Sujet audacieux, que l’ellipse littéraire permet d’aborder mais qui pose au réalisateur un défi encore plus risqué. Nicolas Bary ("Les enfants de Timpelbach") s’en sort plutôt bien à cet égard, suffisamment explicite pour ne pas donner l’impression d’édulcorer le sujet, mais tout en restant évasif de telle sorte que le (jeune) public, encore préservé de la monstruosité des adultes, n’y verra qu’une histoire d’ogre moderne - euphémisme séculaire pour désigner les prédateurs d’enfants qui entachent nos faits divers.

Le film contient par ailleurs son lot de scènes burlesques et décalées pour alléger l’ensemble. Raphaël Personnaz et Bérénice Bejo sont par ailleurs des (anti-) héros charmants. On note aussi la présence d’Emir Kusturica dans le rôle d’un veilleur de nuit hanté par son passé. Reste que le film ne tient pas toujours la distance ou ses promesses, hésitant entre divers registres, lorgnant un peu trop ostensiblement vers le cinéma de Jeunet, en l’occurrence un ogre esthétique encombrant.A.Lo.

Réalisation : Nicolas Bary. Avec Raphaël Personnaz, Bérénice Bejo, Emir Kusturica,… 1h32

Sur le même sujet