Poltergeist, sors de ce corps…

placeholder
Heyrendt Hubert

Après avoir redonné un coup de fouet au film gore, en 2004, avec "Saw" et ses insoutenables scènes de torture (qui se répéteront à l’envi dans une ribambelle de suites jusqu’à "Saw 7", en 2010), James Wan revenait, avec "Insidious", en 2011, à un cinéma d’horreur plus classique. Son hommage au cinéma horrifique des années 70 à 80 (de "L’exorciste" à "Poltergeist") connut un tel succès que Wan s’est fendu, sans surprise, d’une suite. Un "chapitre 2" sans surprise, lui non plus. On retrouve la famille Lambert là où on l’avait laissée après le premier volet, tentant de se reconstruire et d’oublier les événements violents qui se sont abattus sur elle. Mais il ne suffit pas de déménager pour apaiser les esprits maléfiques, qui reviennent tourmenter les Lambert. Mais, cette fois, il semble que Josh (Patrick Wilson), le père, soit plus impliqué qu’il veut bien le dire… Au grand dam de la pauvre Renai (Rose Byrne), qui n’a qu’une chose en tête : protéger ses trois enfants.

Bien torché, "Insidious 2" n’apporte rien de neuf au genre, sinon ce petit parfum Eighties qui plane sur le film. Et pas seulement parce qu’on retrouve à l’écran Barbara Hershey, héroïne de "L’emprise", qui a marqué les esprits, en 1982. James Wan refuse, en effet, les effets numériques outranciers (en tout cas dans un premier temps) pour se concentrer sur la tension et le suspense, parvenant avec pas grand-chose à distiller l’angoisse, voire la terreur, chez les spectateurs. A réserver donc à ceux qui aiment jouer à se faire peur avec les fantômes cachés dans le placard. Sans être très exigeants côté scénario et originalité… H. H.

Réalisation : James Wan. Scénario : James Wan et Leigh Whannell. Musique : Joseph Bishara. Avec : Patrick Wilson, Rose Byrne, Barbara Hershey… 1h46.