Je ne t’aime pas, moi non plus

Denis Fernand
DSC_3749.NEF
DSC_3749.NEF

En 1921, deux sœurs arrivent à Ellis Island. L’une est mise en quarantaine pour cause de tuberculose et l’autre est recalée pour raisons administratives. C’est le billet retour vers la Pologne quand surgit Bruno, qui sait dans quelles poches glisser les billets et comment emmener la belle chez lui. Mais est-ce seulement pour ses beaux yeux ? C’est aussi pour la mettre dans son spectacle déshabillé et davantage si liquidités. Ewa le hait autant qu’elle se dégoûte elle-même, mais il est son seul espoir pour revoir sa sœur. Surgit Orlando le magicien, chargé d’embraser le mélo. Pfuiiit, l’allumette est mouillée.

Mais que se passe-t-il ? On n’est pas chez James Gray, c’est une animation du musée de Mme Tussauds, la lumière est marronnasse, les décors sentent la naphtaline, les personnages ont la consistance de la cire, le récit poussiéreux…

Depuis "Little Odessa", on a mis une pression sur James Gray. Elle l’a stimulé, progressant de film en film pour en arriver au degré d’incandescence de "Two Lovers". On retrouve ici tous les éléments susceptibles de produire un mélodrame d’une grande instabilité émotionnelle avec cet ascendant qui va et vient entre l’homme et la femme, avec les sentiments qui vont et viennent de l’attirance au dégoût. On voit très précisément où Gray veut en venir mais ça ne vibre jamais. Les émotions sont pétrifiées comme le cadre historique, plaquées sur le décor.

Et alors qu’Eva Mendes et Gwyneth Paltrow ont atteint leur sommet sous la caméra de James Gray; Marion Cotillard, qui a bossé son accent de Silésie polonaise, semble surgelée, tétanisée devant un rôle d’une exceptionnelle amplitude. Elle en a pourtant relevé des défis depuis le début de sa carrière mais Joaquin Phoenix la laisse de marbre. L’acteur fétiche de Gray est ici en pilote automatique, voire au plus près de l’autocaricature. Il y croit comme Paul Magnette à son discours du 1er mai. Rien ne se passe, tout sonne faux.

Rater un film arrive aussi aux plus grands, le prochain James Gray sera meilleur, faire pire serait un défi.

Fernand Denis

Réalisation : James Gray. Avec : M. Cotillard, J. Phoenix, J. Renner… 1h57.