Le Parti Pirate mobilisé pour les prochaines élections

Tassin Stéphane

Lors des élections communales et provinciales de 2012, c’est le Parti Pirate qui arrivait en 5e position en Wallonie derrière le club des quatre. Effet de mode à l’époque, ou vraie nécessité d’alternative dans le chef de tous ceux qui ont souhaité les suivre à l’époque ? C’est un enseignement qu’il faudra tirer le 25 mai 2014 lorsque les résultats électoraux seront tombés, car le Parti Pirate compte bien présenter des listes à différents endroits du pays. "Nous ne serons pas présents aux régionales en Wallonie où selon nous, avec la décomposition du territoire en 13 circonscriptions pour élire 75 députés (le Flandre en compte 5 pour 125 députés), la démocratie n’est pas respectée tellement il est difficile de s’y faire élire. Les autres partis ont mis cela en place pour éviter au FN d’avoir des élus et donc ils jouent en cercle fermé", explique Paul Bossu, le trésorier du Parti Pirate.

Des listes devraient donc être proposées à l’électeur en Région bruxelloise (voir ci-dessus) au fédéral et aux Européennes. Les Pirates proposent "une nouvelle vision de la société. Nous construisons notre programme en ligne, nous ne voulons pas faire comme les autres partis dont le programme n’est qu’un élément de marketing."

Le Parti Pirate belge s’inscrit dans une logique européenne, puisqu’on retrouve des Pirates dans de nombreux pays. Le Parti Pirate suédois dispose de deux représentants au Parlement européen. Le programme de base de la section belge est exactement le même que celui de ses homologues.

Les valeurs fondamentales défendues par le Parti dès son origine étaient la réforme des lois sur le copyright, la suppression des brevets, et le respect de la vie privée. Mais le programme s’étoffe peu à peu pour toucher le citoyen de manière plus large (solidarité, démocratie, écologie, rejet de la croissance et de la consommation pour la consommation, etc.). Séduiront-ils ? Réponse le 25 mai….

S.Ta.