Belgacom a-t-il commis une bourde en vendant swing.be ?

Lambrecht Laurent

oups !

Belgacom a-t-il commis une grosse bourde en laissant acquérir le nom de domaine swing.be par un commerçant de Merelbeke, une commune située en Flandre-Orientale ? Dany De Letter, patron de "Swing Verkoop", une société active dans la vente et la location de matériel de musique, est officiellement propriétaire du nom de domaine swing.be depuis le 19 décembre 2013. Or, plusieurs utilisateurs de la messagerie Swing ont connu des problèmes le week-end suivant ce rachat. Belgacom avait alors expliqué à l’agence Belga que le nouveau propriétaire du nom de domaine avait fait des "changements" sur le serveur hébergeant le service de messagerie. Par la suite, l’opérateur historique a fait savoir que le nom de domaine avait été vendu en 2012 et qu’il comptait en avertir ses clients dans le courant de 2014. On peut cependant lire sur le site dns.be, qui répertorie les noms de domaines belges, que Dany De Letter a acquis swing.be bien plus tard, le 19 décembre 2013.

Données protégées ?

La grande question est de savoir si le nouveau propriétaire du nom de domaine a pu récolter des données privées. Plusieurs sites Internet ainsi qu’un service de messagerie sont associés à Swing, une société rachetée par Belgacom dans les années 2000. Laurent Gendarme, l’informaticien qui a révélé cette étrange histoire, assure que Dany De Letter a la possibilité, s’il le désire, de rapatrier les services de Swing vers ses propres serveurs. "Belgacom s’est arrangé avec le nouveau propriétaire pour que le service de messagerie communique avec les serveurs de Belgacom et non avec les siens, explique-t-il. Mais, s’il le désire, il peut très bien rapatrier les communications vers ses serveurs." Du côté de Belgacom, on écarte catégoriquement le risque de piratage. "Les données sont hébergées par Belgacom sur un serveur sécurisé, explique Haroun Fenaux, le porte-parole de l’opérateur. Nous avons passé un accord avec le nouveau propriétaire du nom de domaine afin que les services de Swing soient assurés jusqu’au mois de septembre. Il ne s’agit pas d’une société exotique mais d’un commerçant qui aimerait profiter de swing.be pour promouvoir sa marque. Nous allons bientôt communiquer aux utilisateurs la fin des services associés à Swing. Nos clients seront orientés vers Skynet, les autres vers gmail." Une question centrale est également de savoir si Belgacom a volontairement cédé son nom de domaine où s’il s’agit d’une erreur. Rappelons qu’un nom de domaine doit être renouvelé après un certain laps de temps. En cas d’oubli, il peut être racheté par un tiers. Toujours est-il que l’opérateur aurait sans doute dû se séparer de son nom de domaine après avoir supprimé les services qui y sont liés.Laurent Lambrecht