Se former à l’américaine

Berger Solange

Eclairage Solange Berger à Londres

Ils sont près de 80, hommes et femmes (elles sont minoritaires cependant), la bonne trentaine, une douzaine d’années d’expérience professionnelle derrière eux et viennent de plus de trente pays différents. Leur point commun : ils ont décidé de consacrer 21 mois - à temps partiel - à développer leurs compétences grâce à un Executive masters of Business administration, soit un EMBA. Un programme proche du MBA, mais en horaire décalé pour permettre aux participants de continuer à travailler. Leur choix s’est porté sur Chicago Booth, une université qui propose un campus américain au cœur de… Londres. "Ce que les participants recherchent surtout, c’est cet enseignement à l’américaine", note Elisa Nieto, associate director recruitment and admissions, Executive MBA Program - Europe pour Chicago Booth. L’apprentissage y est basé sur le principe "We learn how to think, not what to think" (On apprend comment penser et pas ce qu’il faut penser). "Il est essentiel d’avoir une atmosphère particulière qui permet la création d’idées. Nous insistons sur l’importance de voir les choses sous plusieurs angles", poursuit Elisa Nieto. "Le réseau offert est aussi différent de ce qu’on peut trouver dans une université européenne. Les étudiants sont plus connectés à leur université."

Et puis Chicago Booth est auréolée d’un certain prestige. C’est la deuxième plus vieille business school des Etats-Unis (fondée en 1898) après Harvard, et la première à proposer un EMBA en 1943. L’university of Chicago Booth School of Business peut aussi se vanter de compter plusieurs Prix Nobel parmi ses anciens élèves, professeurs ou chercheurs. Une galerie de portraits leur est d’ailleurs consacrée dans les locaux de Londres.

"Chicago est aussi la première business school à ouvrir des campus à l’étranger (Londres et Hong-Kong), qui offrent exactement les mêmes programmes", précise Elisa Nieto.

La London Business School en partenariat avec Colombia BS propose également un EMBA à Londres. Idem pour la London School of Economics, la NewYork University et HEC Paris qui se sont unis pour proposer un EMBA, un partenariat-programme baptisé Trium.

Le programme proposé par Chicago Booth s’étale sur 21 mois et comprend 16 semaines complètes de cours, du lundi au samedi. Pour ceux qui sont inscrits au campus de Londres, le programme comprend 12 semaines à Londres, 3 à Chicago et une à Hong-Kong. La première semaine, tous les étudiants se retrouvent à Chicago. La prochaine édition débute en juin 2014.

"L’école recherche des étudiants qui ont déjà une expérience professionnelle, qui ont réalisé un beau parcours académique et qui ont envie d’échanger et de partager leurs idées, leurs expériences,… Le point commun entre nos étudiants est la curiosité", déclare Elisa Nieto qui précise encore que "80 % des étudiants du campus de Londres ne sont pas basés à Londres". La plupart travaillent et "un tiers environ sont sponsorisés totalement ou en partie par leur employeur". Il faut dire que la formation a un coût : 92 000 livres (110 000 euros). "D’autres arrivent à le payer eux-mêmes grâce au beau bonus qu’ils reçoivent à Londres." Côté étudiants, c’est le changement qui les motive. "Certaines veulent progresser dans leur fonction, d’autres changer de secteur, créer leur propre entreprise ou développer leur network."

L’aspect networking est un des points très appréciés des étudiants. "Nous avons plus de 41 000 anciens étudiants dans 116 pays qui peuvent ouvrir des portes", précise la responsable du département "career services" qui offre de nombreux autres services aux étudiants: recherche d’emploi, tables rondes, coaching, recherche de partenariats,… "Et on peut continuer à y avoir accès une fois qu’on a fini la formation."