En Belgique, le buzz a pris son temps

Cavalier Yves

Le bad buzz reste un phénomène rare en Belgique et a jusqu’alors très peu d’impact. Il faut attendre 2012 pour connaître le premier cas, explique Nicolas Vanderbiest, doctorant à l’ULB.

1. Le 30 janvier 2012, la FGTB qui lance le hashtag #30 j pour rassembler les messages sur la grève générale, mais très vite des opposants à celle-ci s’en sont emparés pour le parodier, le détourner et le "participez à la grève #30j" est devenu "ne participez pas à la grève #30j".

2. En mars 2012, le changement de nom et de logo de Dexia en Belfius fut abondamment raillé sur les réseaux sociaux.

3. En octobre 2012, la marque de bière Kwak attaque en justice la bière wallonne "Corne du bois des pendus", lui reprochant des similarités au niveau du design des verres. Les propriétaires de la bière wallonne vont alors se tourner vers les médias pour faire un appel aux dons... Les similarités n’étant pas évidentes, un bad buzz commence et des commentaires très négatifs sont postés sur la page Facebook de Kwak. Pendant plus de 3 mois, les commentaires restèrent accessibles à ses 10 385 fans. En fin de compte, Kwak a également perdu le procès en plus d’une partie de sa réputation.

4. En juin 2013, la RTBF se fait attaquer sur les blogs et Twitter pour le lancement d’une télé-réalité où il faut pendant une semaine relever des défis pour séduire et convaincre un futur employeur.

5. En septembre 2013, le réseau Mobistar bat de l’aile et s’attire les foudres de ses utilisateurs sur le Web. Plutôt que de temporiser et de calmer la foule, les community managers se lancent dans un concours de blagues qui ne fera qu’attiser encore plus le feu.

6. La crise avec le plus d’impact surviendra en décembre 2013, lorsque le zoo d’Aywaille abattra une panthère qui s’est échappée.

7. En février 2014, Delhaize subit un bad buzz suite à un tweet d’une personne avec seulement 130 followers qui ne récoltera que 5 retweets où l’on voit une publicité dans un Delhaize d’un déguisement de prisonnier qui fait plutôt penser à un déguisement de camp de concentration.