Le contenu d’abord pour "Vert ardent"

Boutsen Bruno

Politique Le Mouvement écocitoyen initié par Ecolo Liège a dévoilé son projet.

Comme la "Gazette" l’avait déjà évoqué, la section locale d’Ecolo Liège a décidé de ne pas se présenter sous cette bannière à l’occasion des prochaines élections communales. C’est ainsi que sous son impulsion, le Mouvement écocitoyen a été officiellement lancé en octobre dernier. Depuis lors, ce mouvement en gestation depuis plusieurs mois et composé de formations politiques, à savoir Ecolo mais aussi le Mouvement Demain et le Parti Pirate, ainsi que de citoyens liégeois a adopté ses textes fondateurs lors d’une assemblée constituante tenue récemment.

"Au travers de ce mouvement, nous souhaitons porter un nouveau projet pour une ville plus citoyenne, plus solidaire, plus durable, plus ouverte, plus écologique et tournée vers l’avenir", a souligné ce mercredi Caroline Saal, la nouvelle cheffe de groupe Ecolo au Conseil communal de Liège. Et celle qui a succédé à Bénédicte Heindrichs d’insister sur la nécessité de "combler le fossé entre les citoyens et la politique", lequel s’est creusé suite aux scandales récents. "Notre proposition est de co-construire avec un maximum de citoyens un programme écocitoyen pour notre ville, de partager puis de faire gagner ce projet en octobre 2018", a poursuivi Caroline Saal.

Ayant donc pour objectif de gérer Liège sur le modèle de ce qui se fait par exemple à Grenoble en France mais sans toutefois s’avancer sur le nom d’un futur partenaire éventuel, le mouvement s’est également choisi un nouveau nom. À savoir "Vert ardent", lequel fait référence tant à l’écologie politique jugée au cœur de son projet qu’au côté "rouge ardent", évoquant la volonté de "plus de justice sociale" et "une ville qui bouge". Ce dernier se veut innovant dans sa méthode puisqu’il compte mettre en avant le contenu du programme qui sera le sien.

15 cercles thématiques mis sur pied

À cette fin, disant vouloir faire appel à l’intelligence collective, laquelle sera sollicitée dans le cadre de la désignation des candidats, 15 cercles thématiques ont été mis sur pied. Ceux-ci abordent plusieurs thématiques telles que la mobilité et l’environnement ou encore la démocratie locale et le sexisme et sont accessibles à quiconque se retrouve dans les valeurs portées par le mouvement. Alors que la liste est attendue pour mai, le programme finalisé sera quant à lui validé en juin.

Bruno Boutsen