Le passé de l’art s’accomplit au présent

Le passé de l’art s’accomplit au présent
Lorent Claude

A Liège, l’Espace 251 Nord associe merveilleusement l’ancien et le contemporain sans distinction d’origine, de technique, de style, de matériaux, de pratiques…

L’ENSEMBLE EST LE TROISIÈME VOLET d’un principe d’exposition à multiples facettes et entrées, expérimenté par Laurent Jacob à Bruxelles en 1993. Le terme résurgence qui sert de titre à la manifestation, signifie : faire réapparaître. Autrement dit dans le cas présent, puiser dans le passé pour faire naître le présent d’une exposition dont les œuvres brassent le temps mais aussi les cultures puisque les arts anciens africains et autres côtoient des œuvres contemporaines d’hier et d’aujourd’hui. Le propos très vaste est à considérer sous deux aspects, un abord pièce par pièce, grandement facilité par les explications fournies par le guide imprimé, un abord plus collectif dans lequel peuvent s’établir des ponts, des comparaisons, des confrontations, des œuvres entre elles. Le plus surprenant sans doute est une impression dominante d’harmonie alors que règne une totale diversité. L’expo fonctionne tel un cabinet de curiosité dans lequel chaque objet, sculpture, peinture, trouve à la fois son autonomie et sa place dans un monde pluriel aux richesses multiples et différentes.

Aura esthétique

Le parcours dès l’intérieur d’une salle est un itinéraire géographique et temporel impossible car on passe d’un continent à l’autre, on saute d’une période à une autre et l’on égraine le temps dans le désordre. Mais c’est sans doute cela qui maintient intacte la curiosité, l’envie constante d’aller vers autre chose de surprenant, d’inconnu ou qui ravive un souvenir, voire qui déroute.

On peut penser que cette attention soutenue provient de la qualité esthétique rayonnante de ce qui est montré et des rapprochements effectués. L’art, les arts, détiennent cette aura invisible agissant comme une force d’attraction à laquelle les esprits ouverts sont soumis. Ici, pas de caste, pas de catégorie, pas de tendance dominante, pas de vedettariat, pas de hiérarchie, pas d’a priori, pas de tabou. Une repro commentée d’une œuvre de Gauguin peut engendrer la dérision, la drôlerie ! On est ému, subjugué, on rit, on se laisse surprendre, on s’interroge, on s’étonne. En fait, on visite cette expo comme on revisiterait une vie pleine de surprises agréables. Un plaisir à ne pas manquer.

Claude Lorent

"Résurgences", Espace 251 Nord, rue Vivegnis, 251, 4000 Liège. Jusqu’au 24 février. Du mercredi au samedi de 14h à 18h. Entrée libre.

Participants : Marc Angeli - Charlotte Beaudry - Marcel Berlanger - Sofia Boubolis - Michel Boulanger - Sarah Caillard - Thomas Chable - François Curlet - Delphine Deguislage - Damien De Lepeleire - Michael Dans - Eric Duyckaerts - Lionel Estève - Douglas Eynon - Michel François - Pierre Gerard - Roger Jacob - Babis Kandilaptis - Gabriel Kuri - Eva L’Hoest - Jacques Lizène - Xavier Mary Loup Sarion - Gijs Milius Gauthier Oushoorn - Selçuk Mutlu - Benoit Platéus - Patrick Regout - Sébastien Reuzé - Christophe Terlinden - Wolf Vostell - Noémie Vulpian…, arts anciens d’Afrique - Asie - Océanie et Europe

Sur le même sujet