Au Béguinage on brille de mille feux

Au Béguinage on brille de mille feux

De retour du marché La vente de cette mi-octobre dans la grande salle du Béguinage, rue Haute à Bruxelles, avait attiré la foule. Les enchères furent parfois solides comme de la fonte, alors qu’une foule de lots ne pesèrent pas bien lourd. Cette salle est caractérisée par des contrastes forts en valeurs et en qualité, mais tout cela se marie parfaitement bien et dans une ambiance bon enfant que les Marolles autorisent. Une partie des acheteurs aime d’ailleurs ce côté "brol" où le chineur qui a un meilleur œil que son voisin, est certain de réussir une bonne opération.

Voici donc un petit aperçu de divers lots bien vendus. Une tête à l’antique en marbre, qui avait d’abord été cataloguée comme du XIXe siècle pour être ensuite "remontée" en XVIe siècle, le marteau a été frappé à 171 000 €, frais compris. Ce sont des marchands de Paris et Londres qui firent mousser l’objet. Un Bouddha chinois mesurant moins de 10 cm de haut s’est envolé à 43 000 €. Ensuite, une table d’Ado Chale a été vendue à 21 000 €.

Les autres enchères furent beaucoup plus basses mais attrayantes, à l’instar d’une petite vitrine de Serrurier-Bovy datant de 1904, cédée contre 5 300 €. Pour une pendule en bronze ciselé et doré, à l’éléphant en bronze patiné, d’époque Empire, la salle obtint 3 600 €. Une huile de Modest Huys fut poussée à 6 100 €, tout comme un lit de style égyptien qui fit lui aussi 6 100 €.

Ph. Fy.