Les touristes de retour à Durbuy où 60 % de l’Horeca a rouvert

Durbuy Tous les établissements ne sont pas logés à la même enseigne.

À Durbuy, la vie reprend tout doucement après les inondations de la mi-juillet. Les touristes sont bel et bien de retour même s’ils sont moins nombreux qu’habituellement à cette époque de l’année. Certains représentants du secteur Horeca - 60 % ont rouvert - regrettent que l’information selon laquelle la vieille ville reste inaccessible continue à circuler et entraîne des annulations.

Au Sanglier des Ardennes , les travaux de remise en état de l’infrastructure avancent bien. "Le restaurant a rouvert le 22 juillet", explique Bart Maerten, CEO de La Petite Merveille. "Une partie de l’hôtel, à savoir 21 chambres, peut à nouveau accueillir des clients. D’ici la fin de la semaine, il y en aura 14 en plus. Nous espérons que la capacité totale de l’hôtel sera, à nouveau, disponible à la mi-août."

Deux à trois millions de dégâts

Dans cet établissement cinq étoiles, dont les caves et le rez-de-chaussée ont été inondés, les dégâts ont été très importants. "La réception, les salles de séminaire et la cuisine y attenant ont été envahies par l’eau", poursuit Bart Maerten. "L’installation technique, les ascenseurs, le chauffage, les frigos et congélateurs ont été endommagés. Trois chambres ont été perdues. En revanche, la cave à vin a pu être sauvée."

Le CEO de La Petite Merveille chiffre les dégâts à deux à trois millions d’euros. "Nous voulons faire passer un message positif", complète-t-il. "Les touristes sont les bienvenus. Le parc Adventure Valley, qui n’a pas été touché par les inondations, est ouvert. Quant aux activités nautiques, comme le kayak, elles seront à nouveau proposées à partir de ce mardi."

Place aux foires, certains établissements Horeca, comme la pizzeria Volcano, ont rouvert leurs portes même si des travaux intérieurs, comme le remplacement de portes déformées par l’eau, doivent encore être effectués. D’autres, en revanche, restent fermés en attendant le passage des experts.

Jacques Leboutte, patron de l’hôtel-restaurant La calèche et président du syndicat d’initiative de Durbuy, espère rouvrir son établissement à la mi-août. "Chez nous, l’eau a atteint une hauteur de 1,50 m et a fait de gros dégâts", précise-t-il. "Le réseau informatique a été détruit tout comme les appareils électriques. Tout le mobilier doit être jeté à la poubelle."

Les démarches auprès des assureurs sont en cours. "Nous n’avons pas encore reçu la visite de l’expert", poursuit Jacques Leboutte. "La tâche va être rude. Actuellement, les dégâts n’ont pas encore été chiffrés. J’ai pris contact avec des entrepreneurs, un menuisier et un électricien afin d’obtenir des devis avant d’effectuer les importants travaux de rénovation."

Installé dans la plus petite ville du monde depuis vingt-deux ans, il n’a jamais connu pareille inondation.

"Nous avons déjà eu un peu d’eau dans l’établissement, à plusieurs reprises, en cas de fortes pluies mais jamais une telle quantité. Cela dit, je reste positif. Durbuy est le moteur de l’économie touristique de la Wallonie. Elle sera à nouveau au zénith, d’ici quelques semaines", conclut-il.Nadia Lallemant