La dérive autoritaire a enfin un prix

Un édito de Maria Udrescu

Hungarian Prime Minister Viktor Orban gives his first international press conference after his FIDESZ party won the parliamentary election, in the Karmelita monastery housing the prime minister's office in Budapest on April 6, 2022. - A patriot to his supporters but an autocrat to his critics, Hungary's all-powerful premier Viktor Orban looks set to continue his transformative "illiberal" revolution after his Fidesz party won a fourth straight term in office on Sunday, April 3, 2022. (Photo by Attila KISBENEDEK / AFP)
©AFP or licensors
Douze ans. Cela fait douze ans que le Premier ministre Viktor Orban renforce son emprise sur la Hongrie, au mépris des règles de l’Union européenne. Et, paradoxalement, avec l’aide de cette dernière. Le pouvoir du Fidesz, le tout-puissant parti qui dirige le pays, s’appuie sur un système de corruption et de favoritisme, où les aides européennes servent à remplir les poches des alliés et proches du Premier ministre,...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité