Impossible n'est pas belge. La résolution du contentieux BHV est plus affaire de volonté que de capacité. En dépit des apparences, il y a matière à compromis. Un précédent le prouve: les réformes électorales arc-en-ciel de 2002. L'espèce de fusion entre candidats néerlandophones bruxellois et brabançons n'a pas tenu la route juridiquement, puisque la Cour d'arbitrage (pourtant indulgente pour le reste) a dû l'annuler. Elle donnait pourtant satisfaction symbolique aux 2 parties: il n'y avait pas scission de l'arrondissement, mais certaine unicité du Brabant flamand. Quelque scénario semblable est imaginable. Que l'on ne scinde pas, mais que ça revienne au même. Ou que l'on scinde, mais moyennant assez de compensations pour que les francophones le concèdent. Chiche?

© La Libre Belgique 2005