Les élus sont dans l'expectative à Fourons

Après 37 ans de majorité francophone, la liste flamande Voerbelangen arrive au pouvoir grâce aux voix des électeurs néerlandais dans le Limbourg belge

PHILIPPE LAWSON

ANALYSE

Après la déception des uns - le groupe Retour à Liège repoussé dans l'opposition après 37 ans de majorité - et la joie des autres - le mouvement Voerbelangen - , la situation est loin d'être claire dans la commune de Fourons, trois mois après les élections communales du 8 octobre.

Pendant que des bourgmestres fraîchement élus ou confirmés dans leur fonction s'apprêtent à ceindre l'écharpe maïorale - ou ont déjà prêté serment - pour six ans, c'est toujours l'expectative dans la commune limbourgeoise à majorité francophone.

Tout dépend de l'attitude que va adopter le groupe Retour à Liège qui veut faire annuler les élections communales en prétextant, entre autres, un dépassement des dépenses électorales. Le collège des gouverneurs du Limbourg s'est déjà prononcé en les déboutant, mais je crois savoir que les principaux dirigeants de Retour à Liège veulent aller au Conseil d'Etat, déclare Huub Broers, candidat bourgmestre présenté par Voerbelangen, qui a raflé la majorité avec 8 conseillers communaux contre 7 au groupe Retour à Liège.

Du côté francophone, on ne baisse pas les bras et on fait du recours une question de principe. Le recours vient d'être introduit devant le Conseil d'Etat, car nous continuons à penser que Voerbelangen a utilisé l'amicale Marnixring pour faire sa propagande, ce qui est complètement illégal. C'est la personne de M. Broers qui est visée en tant que tête de liste. Reste à savoir si le ministre de l'Intérieur proposera le nom de quelqu'un sur qui plane une procédure d'enquête à la signature royale, confirme Nicolas Droeven, ancien échevin francophone du Budget et des Finances et qui, dans la prochaine législature, présidera aux destinées du CPAS des Fourons.

M. BROERS, MAÏEUR DE TOUTE FAÇON

Quoi qu'il en soit, Huub Broers est virtuellement, dès ce mois de janvier 2001, bourgmestre de Fourons, même si l'ancien maïeur francophone, José Smeets, continue à assumer la fonction maïorale jusqu'au prochain conseil communal qu'il entend convoquer dans le courant du premier mois du nouveau millénaire, conformément à la loi pour prouver que nous ne sommes pas de mauvais perdants, dit ce dernier.

En effet, à défaut de la prestation de serment du nouveau bourgmestre, le nouveau conseil communal devra désigner - une particularité à Fourons - un bourgmestre faisant fonction (ff) et il ne fait aucun doute que ce sera Huub Broers. Nous jouerons le jeu d'une opposition positive et constructive. Les citoyens européens ont permis à Voerbelangen d'avoir la majorité à Fourons et nous respecterons le verdict des urnes. Mon rôle au sein du collège sera de pointer du doigt les décisions préjudiciables aux francophones que la nouvelle majorité prendra, répond José Smeets qui deviendra le seul échevin francophone - sans portefeuille - au sein du futur collège échevinal. Pas question de vengegance. Les francophones n'ont rien à craindre. Il y aura des changements (assainir le budget, créer une zone PME, plus d'information en direction de la population locale, etc.), mais ce sera pour le bien de la population fouronnaise sans discrimination linguistique, rassure Huub Broers, reconnaissant que Voerbelangen doit sa victoire aux ressortissants européens, principalement les ressortissants néerlandais (563 inscrits sur les listes d'électeurs, soit 90pc des Européens).

Et de préciser qu'en matière de portefeuille scabinal, tout dépend de l'attitude de l'échevin francophone. Je vais en discuter avec M. Smeets, mais il aura tout intérêt à se mêler et à prendre part aux décisions du collège échevinal. Je compte lui confier la célébration des mariages francophones, le contact avec les associations culturelles francophones, sourit le futur bourgmestre de Fourons, précisant qu'un texte réglementera l'attribution des subsides aux associations culturelles, qu'elles soient francophones ou flamandes. Il n'y aura pas de discrimination sur base linguistique. L'Harmonie francophone Saint-Martin continuera à bénéficier de la même subvention qu'actuellement, voire plus, et l'école francophone restera dans les locaux communaux tant que le pouvoir organisateur (Action fouronnaise) payera le loyer, rassure Huub Broers.

© La Libre Belgique 2000


Les francophones de Fourons n'entendent pas abandonner leur lutte. Nous avons perdu la majorité à la commune, mais nous la conservons au conseil de l'aide sociale avec 5sièges pour le groupe Retour à Liège (4 pour Voerbelangen), se réjouit Nicolas Droeven, futur président du Centre public d'aide sociale (CPAS) de Fourons. Et de rappeler que si le bourgmestre Huub Broers adopte une attitude anti-francophone, le CPAS deviendra le lieu d'expression des revendications francophones. Je ne veux pas être la remorque d'une majorité flamande. Le CPAS va devenir très politique où nous ferons une opposition à M.Broers, dit-il. Les francophones sont majoritaires. Nous voulons un statut bi-régional pour Fourons. Au lieu d'un statut imposé, qu'on laisse la possibilité à chaque citoyen fouronnais d'opter pour la région de son choix, lance M.Droeven. Pour l'ex-maïeur, l'arrivée de la majorité flamande est un défi. Des hommes politiques wallons sont passés à Fourons nous assurer de leur appui, mais je me demande s'ils ont encore le poids ou la volonté de peser sur les décisions afin de régler définitivement la situation à Fourons, conclut M.Smeets. © La Libre Belgique 2000