Des perquisitions et des auditions sur l'affaire Lumumba

M.-F.C. et P.V.

Victor Nendaka, qui dirigeait la Sûreté congolaise au moment de l'arrestation et de l'assassinat de Patrice Lumumba, a vu son domicile d'Uccle perquisitionné mardi matin par trois policiers agissant sur réquisition du parquet. Ils recherchaient tous les documents sur Lumumba, qu'ils ont saisis sans inventaire, ainsi que mon ordinateur, s'est plaint M.Nendaka auprès de La Libre Belgique. L'ancien agent proteste contre ces saisies, soulignant qu'il était prêt à collaborer avec la commission d'enquête parlementaire. J'avais d'ailleurs spontanément donné ce que j'avais sur cette affaire aux experts désignés par la commission. Mais puis-je remettre des informations qui relèvent du secret d'Etat à une puissance étrangère?

M.Nendaka passe depuis longtemps, dans les milieux congolais, pour quelqu'un de bien informé sur l'assassinat de Patrice Lumumba, auquel il s'est toujours catégoriquement défendu d'avoir participé.

Mardi soir, en outre, l'agence Belga faisait état de perquisitions menées au château d'Argenteuil, domicile de la princesse Lilian.

EN TOUTE DISCRÉTION

A la Chambre, la fuite ne surprendra pas trop les membres de la commission d'enquête parlementaire chargée de déterminer les circonstances exactes de l'assassinat de Patrice Lumumba et l'implication éventuelle des responsables politiques belges dans celui-ci. Dès mardi, le président de l'aréopage Geert Versnick (VLD) a adressé aux députés commissaires un courrier où il leur faisait savoir, afin d'éviter que vous n'appreniez la nouvelle par les médias, qu'il avait fait procéder le jour même à des devoirs d'enquête, ainsi qu'il y est habilité par le règlement de la Chambre.

Lesdits devoirs, menés par le biais du conseiller à la cour d'appel de Bruxelles Van der Steen, ont consisté en auditions et en perquisitions, a confirmé Geert Versnick à La Libre. Ils semblent avoir concerné des témoins ou des acteurs soupçonnés de ne pas avoir transmis tous les documents dont ils disposaient aux experts de la commission.

POUR LE 31 OCTOBRE

Ces derniers, pour rappel, sont au nombre de sept et doivent présenter leur premier rapport au cours d'une réunion publique de la commission le 28 mai prochain. D'ici là, quatre huis clos ont été programmés (le premier a eu lieu lundi). Viendront ensuite, en juin et juillet, les auditions d'une trentaine de témoins où figure notamment Victor Nendaka (qui ne compte pas répondre à sa convocation!). Selon nos informations, une journée particulière, le mardi 15 juin, sera consacrée à des familles de personnes qui vécurent de près la tragédie d'Elisabethville et ont elles-mêmes demandé à être entendues.

Après les vacances parlementaires, il restera quelques semaines aux commissaires pour rédiger leurs conclusions, l'échéance étant le 31 octobre.

La haute tension qui régnait à Kinshasa en janvier-février derniers avait fait mettre la commission en veilleuse. A présent, c'est clair, elle est repartie, et sur les chapeaux de roue.

© La Libre Belgique 2001