Myriam Vastmans reste en prison

(Belga)

LE PARQUET DE COURTRAI A INTERJETÉ APPEL de la décision de la chambre du conseil de Courtrai de libérer trois personnes soupçonnées de trafic d'êtres humains. Il s'agit de deux travailleurs sociaux d'une ONG et d'une Iranienne. Le trio restera en prison en attendant de comparaître devant la chambre des mises en accusation de Gand. La chambre du conseil avait libéré sous conditions ces trois personnes arrêtées le 6 juin. Un comité d'action, composé essentiellement de travailleurs sociaux, était présent au tribunal pour soutenir les inculpés. L'enquête a commencé après le dépôt de plaintes de demandeurs d'asile déboutés et a abouti à l'incarcération de Myriam Vastmans, assistante sociale attachée à une ONG spécialisée dans l'accueil des demandeurs d'asile, de Jaffer Naser Gharaee, qui a travaillé pour l'ONG, et de M.K., une Iranienne de 58 ans. Un quatrième homme, un Iranien lui aussi, licencié par l'ONG et très lié à Mme Vastmans, a pris la fuite. Il est accusé d'avoir créé une filière entre la Turquie et la Belgique.

© La Libre Belgique 2002