`A part Ecolo, pas d'allié privilégié...´

Ne dites plus `pôle´ : le président du PS, Elio Di Rupo, veut établir, avec les verts, une `convergence des gauches´. Mais au-delà de ce travail avec Ecolo, il laisse la porte ouverte au MR ou au CDH... En route vers une tripartite.

FRANCIS VAN de WOESTYNE
`A part Ecolo, pas d'allié privilégié...´
©Bauweraerts

ENTRETIEN

Avant le congrès statutaire du PS, dimanche à Gilly, nous avons demandé à son président, Elio Di Rupo, de préciser sa stratégie avec Ecolo.

Vous avez lancé le 1er mai le concept du `pôle des gauches´ : Ecolo accepte l'idée mais rejette l'appellation. Cela vous irrite?

Pas du tout. J'ai émis un concept mais je suis ouvert à toute formule qui délimite mieux l'action commune que l'on peut mener. Cela pourrait s'appeler `convergences des gauches´.

Chez Ecolo, on sent quand même une énorme réticence à la base...

Des réticences, il y en a partout, même chez nous. Partout il y a des pour et des contre. Aucun système n'est parfait. Au PS, la procédure est très démocratique: nous avons soumis au congrès de chacune de nos 14 fédérations une motion me donnant mandat de négocier des convergences au nom du parti. Le climat général est à la prudence, avec des tenants et des opposants.

Comment s'expriment les réticences?

Il y a eu, ces derniers temps, des choses qui ont irrité les socialistes: ce qui s'est produit de manière un peu maladroite avec le Népal ou le débat sur le fluor dans le dentifrice. Mais ce ne sont pas de tels détails qui doivent conduire une stratégie à long terme. J'espère que je serai en mesure de poursuivre le travail avec Ecolo et d'établir des complémentarités sur un certain nombre de points.

S'agira-t-il d'un programme commun?

Il ne s'agira pas de programme commun. Tout comme il n'y aura pas de listes communes. Nous avons des spécificités, des différences, une histoire et un patrimoine propres. Mais sur des points essentiels, nous allons essayer, publiquement, en toute transparence, d'établir des accords détaillés. Ainsi, si nous entrons dans un gouvernement, demain, PS et Ecolo n'auront plus à négocier entre eux ces éléments-là. Pour défendre certains dossiers, comme pour la sécurité sociale, on sera plus fort à deux, même si j'espère que le PS sortira consolidé des élections.

Ces convergences lient PS et Ecolo: si le PS entre dans un gouvernement après les élections de 2003, ce sera avec Ecolo?

Oui, c'est clair. On ne va pas leur demander de travailler ensemble puis les abandonner sur le bord du trottoir...

Comment concilier cette volonté avec le contrat passé en 1997 entre MM. Michel et Busquin pour gouverner ensemble le Sud du pays pendant deux législatures?

Ce n'est pas vrai! Ce sont vos fantasmes. Moi, je suis formel, je suis libre de toute manoeuvre. Je n'ai jamais vu de document attestant cet accord pour 8 ans. Louis (Michel) ne m'a jamais montré un tel contrat. Ceci étant, il faut dire qu'ensemble, avec les écologistes et les libéraux, nous avons accompli un travail qui ne manque pas d'intérêt, même si nous sommes en désaccord sur certaines choses.

Ce pôle des gauches est aussi hautement stratégique, c'est une manière de vous maintenir au pouvoir. Il sera impossible de constituer une majorité sans le PS et Ecolo, dont les destins sont unis.

C'est l'électeur qui décidera.

Le pôle des gauches est-il ouvert au CDH?

Évidemment. Même si j'ai été étonné par deux choses. 1. Le positionnement du CDH: il se dit au centre. Au centre de quoi? Rien n'indique que c'est plutôt le centre gauche. Le centre, cela signifie que rien ne doit bouger: ce n'est pas mon avis. 2. Joëlle Milquet dit qu'elle refuse les jeux d'appareils et qu'elle veut s'occuper des problèmes des gens. C'est ce que nous faisons aussi, en organisant une force politique suffisante pour faire avancer les projets auxquels nous tenons.

On sait bien, malgré tout, que l'allié privilégié du pôle des gauches sera le MR et non le CDH...

Non. Dans l'état actuel des choses, je n'ai pas, au-delà de ce travail avec Ecolo, de partenaire privilégié. Je pense simplement que, du côté francophone, une tripartite est presque inéluctable.

C'est donc vous qui choisirez entre le MR et le CDH?

Non, pas du tout. Il n'y a pas d'a priori. Il y aura débat.

© La Libre Belgique 2002


Régionaliser encore? Non Accepterez-vous une croissance du budget des soins de santé de 2,5pc? C'est intenable. Il faudra aller à 7 ou 8pc. Le coût de notre système de soins de santé est dans la moyenne européenne et il est un des meilleurs au monde, si pas le meilleur. La croissance est liée à toute une série de facteurs objectifs. La Flandre dit: régionalisons... Je suis tout à fait contre. Si nos amis flamands veulent la République de Flandre, ils doivent avoir le courage de le dire. Mais qu'ils arrêtent d'avancer masqués. Et sont-ils sûrs que c'est vraiment ce que le peuple de Flandre souhaite? Je suis un grand amoureux de la Flandre, mais les hommes politiques flamands participent à une espèce de surenchère pour se voir accorder le label du `meilleur´ Flamand. Ce qui est irritant, pour nous, c'est qu'ils tentent sans cesse de s'accaparer un certain nombre de domaines. Mais pourquoi voulez-vous que les francophones acceptent de dégrader encore l'État fédéral. Nous sommes allés presque au bout. Vous serez confrontés à des revendications flamandes en matière de sécurité sociale et de mobilité. Ferez-vous comme en 99: dire non, non, non avant les élections puis accepter de négocier? J'espère qu'on tiendra notre `non, non, non´. En 99, les francophones étaient affaiblis par la nécessité quasi vitale de refinancer la Communauté française. Ce n'est plus le cas. Vous voulez réformer... la réforme fiscale. Dans quel sens? Pour faire fonctionner l'État et rendre les services publics plus efficaces, il faudra améliorer les rentrées fiscales, en taxant par exemple les plus-values. Mais en évitant de toucher aux revenus du travail. Le budget 2003 pourra-t-il afficher un déficit? De préférence pas, car ce sont les petites gens qui finissent par payer les déficits. Mais il est inutile de dégager un surplus.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...