Le détenu a commis une entorse, pas une infraction

R.P.

Certes, on peut prêter à Nizar Trabelsi d'avoir eu des intentions en tout genre, en prenant la parole sur les ondes, comme celle de transmettre un message caché à des comparses (mais il n'est qu'un exécutant de bas étage), de défendre sa famille en parlant de ses enfants (alors qu'il se proposait d'exterminer peut-être des dizaines de mères et de pères), de se présenter à l'opinion sous un jour plus humain (avec un effet très relatif), etc. Mais la polémique ne porte pas tant sur cela que sur la facilité avec laquelle le terroriste a réussi son `coup´. Enorme scandale? Détenu en cause? Nous avons demandé son avis à Christian Panier, président du tribunal de première instance de Namur, qui nous le sert nuancé.

D'abord, il faut se souvenir que `quatorze mois après sa mise sous mandat d'arrêt, le détenu ne pouvait plus se trouver en phase de secret, au sens de la loi sur la détention préventive, même si, dans un dossier de ce genre, il est probable que, en interne, l'administration ait décidé une vigilance accrue´.

Le problème provient donc d'une faille du système, par rapport à la vérification des numéros de téléphone: `Le système de limitation des appels du détenu, quantité et destinations, suppose évidemment que l'administration se donne des moyens de vérification. Cela n'a pas fonctionné´.

Mais n'est-ce pas Nizar Trabelsi qui a `triché´ ? `Il n'a à mon sens commis aucune infraction pénale, plutôt une entorse vis-à-vis du règlement pénitentiaire auquel il est soumis. Et tout ceci repose d'ailleurs, d'une manière générale, la question de la force juridique de ces règlements pénitentiaires quand ils limitent les libertés au-delà de ce que le juge lui-même a été amené à autoriser´.

Du reste, reprend M. Panier, `la règle essentielle reste que la détention, fut-elle préventive, est en principe la privation de liberté. Et n'est que ça. Le reste des droits est, en principe toujours, censé demeurer acquis, sauf limitation expresse par un juge´.

Enfin, que pense un magistrat professionnel de l'impact de l'interview sur la défense de Nizar Trabelsi? `L'avoir utilisée en tentant de se faire passer pour martyr et victime dans ce cadre peut paraître un peu gros...´

© La Libre Belgique 2002