L'hommage d'ex-esclaves

P.D.G.

Séance académique de prestige pour la Fondation Roi Baudoin qui accueillait, jeudi, au Palais d'Egmont, la famille royale (sans la princesse Mathilde), le Premier ministre et le président de la Chambre, Herman De Croo, pour dresser un bilan de dix ans de lutte contre la traite des êtres humains.

Un sujet qui avait fortement ému le Roi Baudoin via le livre «Elles sont si gentilles, monsieur», du journaliste Chris De Stoop, consacré à ce sujet. Symboliquement, c'est donc lui qui a inauguré la séance en livrant ses réflexions sur l'évolution de ce phénomène en dix ans. Un constat sans concessions qui n'hésite pas à parler d'échec: «Il faut bien conclure que cela a été une priorité sur le papier, mais pas toujours dans la pratique.»

D'autres intervenants du monde associatif mais aussi policier viendront nuancer ce bilan en parlant de la législation belge qui est considérée comme un modèle européen en la matière, de l'action des associations (42 lits d'accueil) et de la police qui, chacune avec les moyens du bord, ont tenté de venir à l'aide des victimes de la traite et de poursuivre les réseaux qui l'organisent.

Au milieu de ces discours, le moment fort de l'après-midi a sans doute été le témoignage, bref mais émouvant, de deux ex-prostituées qui, grâce au dispositif belge, ont réussi à sortir des griffes de ces trafiquants. Mais force est de reconnaître que ce phénomène criminel est toujours en pleine expansion.

C'est un problème structurel qui existera tant qu'il existera un si grand fossé entre pays riches et pauvres, a encore expliqué Guy Verhofstadt. C'est pourquoi cette problématique ne peut se régler qu'au niveau international. «Et, dans l'accord de gouvernement, celui-ci a précisé clairement ses engagements en la matière.»

Gageons que le Palais sera attentif au respect de ceux-ci.

© La Libre Belgique 2003


«Baudouin, plus qu'un roi» Une messe commémorative pour les dix ans du décès du roi Baudouin s'est tenue jeudi en la cathédrale des Saints Michel et Gudule. L'ensemble de la famille royale était présente à cette célébration dirigée par le cardinal Godfried Danneels. Plusieurs centaines de personnes s'étaient rassemblées au pied des marches de la cathédrale pour applaudir la famille royale. Le Roi Albert II et la Reine Paola ont été accueillis par plusieurs représentants de la classe politique, dont le Premier ministre Guy Verhofstadt, Wilfried Martens, Jean-Luc Dehaene, les présidents de la Chambre et du Sénat ainsi qu'une délégation d'anciens combattants. Dans son homélie, le cardinal a souligné que le Roi Baudouin avait été «plus qu'un roi, un véritable berger pour son peuple». Après la cérémonie, les membres de la famille royale ont pris le temps de saluer la foule. Une statue du Roi Baudouin a par ailleurs été inaugurée rue du Bois Sauvage, dans les environs de la cathédrale.