Accord en neuf points pour Zaventem

Philippe Lawson

La mobilisation des riverains de l'Oostrand (est de Bruxelles) devant le bruit des avions en hausse considérable depuis le 17 avril aura fini par payer. Une réunion intercabinet (en présence des experts de Belgocontrol et de Biac) est arrivée lundi à un accord en 9 points pour corriger le plan de dispersion des vols d'avions de Bruxelles. Même s'il se refuse à tout commentaire, le service de médiation de l'aéroport national est à l'origine du texte qui a déjà fait l'objet d'une réunion de travail le mercredi 28 avril entre le cabinet du ministre Anciaux et les médiateurs francophone Philippe Touwaide et néerlandophone Raf De Baerdemaeker. «Le ministre Louis Michel (MR) tente de réécrire l'Histoire en présentant les choses comme si le crédit revient à lui ou à son parti», dit une source proche du dossier. L'accord n'entérine pas la fin des vols de nuit mais il soulagera l'Oostrand et des communes flamandes. L'intercabinet de vendredi traitera d'autres dossiers et pas uniquement des vols d'avions.

1 Le premier point de l'accord propose de déplacer la route de décollage de la piste 20 vers Chièvres, vers l'est, pour soulager les habitants de Wezembeek-Oppem, Tervueren et de Crainhem.

2 Le but ici est d'aligner la procédure en vigueur le jour sur celle de la nuit dans des situations exceptionnelles. Les décollages et atterrissages de la piste 20 se feront donc le jour avec un virage vers la droite à 700 pieds au lieu de 1700 pieds actuellement. Tout profit pour les communes de Woluwe-St-Pierre et Woluwe-St-Lambert.

3 Il est prévu que les avions décollant de la piste 07 (25L dans l'autre sens) virent à une altitude de 2500 pieds, ce qui permettra d'alléger les nuisances pour Kortenberg et Erps-Kwerps.

4 Ce point de l'accord prévoit la mise en place d'une nouvelle route de décollage de jour et de nuit depuis la piste 20 avec un virage à gauche à partir de 700 pieds pour suivre l'autoroute E 40 vers Liège. Il semble que Belgocontrol ait des doutes sur cette option car la route serait trop proche de la trajectoire d'atterrissage sur la piste 25L. Mais des experts estiment que la solution tient la route car, «quand on décolle de la 20, on n'atterrit pas en même temps en 25». Des informations complémentaires sont demandées avant d'entériner ce point.

5 Le texte prévoit qu'à partir du moment où on aura défini de nouvelles normes de vent (20 noeuds pour le vent latéral et 7 pour le vent arrière pour les pistes 25, 15 latéral et 5 arrière pour la 02/20), l'utilisation programmée de la piste 02 pour les atterrissages soit ramenée à un samedi sur deux. Ici aussi, les experts doivent accorder leurs violons et justifier leur choix.

6 Le texte stipule que si la piste 20 ne peut être utilisée le dimanche, une piste mieux orientée dans le sens du vent devrait être mise en service (02 par vent du nord ou d'est, 25 par vent d'ouest). Le but est d'arrêter le recours actuel systématique à la piste 02.

7 Il est question ici de garantie d'application de la «split-night» pour éviter des concentrations massives et totales sur la 02/20 ou la 25R. la proposition est de porter la composante de vent à 3 noeuds.

8 La proposition arrêtée est d'utiliser la piste 25L/07R lors des travaux d'été 2004 (40 jours) sur la piste 25R (la plus utilisée à Zaventem) pour soulager la 02.

9 Biac et Aminal ont accepté de compléter le réseau de sonomètres dans l'Oostrand. Biac en installera 2 ou 3 contre 2 pour Aminal.

© La Libre Belgique 2004