Le dossier «DHL» en zone de turbulences

L'un des derniers comités ministériels restreint (kern) de la saison aura été consacré vendredi à la lancinante question du développement de DHL à l'aéroport de Bruxelles-National. Il est vrai que le nouveau paysage politique du pays pourrait bien compliquer encore plus si nécessaire un dossier hautement polémique puisqu'il suppose une hausse des vols de nuit au-dessus de la capitale.

R.C.

L'un des derniers comités ministériels restreint (kern) de la saison aura été consacré vendredi à la lancinante question du développement de DHL à l'aéroport de Bruxelles-National. Il est vrai que le nouveau paysage politique du pays pourrait bien compliquer encore plus si nécessaire un dossier hautement polémique puisqu'il suppose une hausse des vols de nuit au-dessus de la capitale. Alors que le gouvernement fédéral s'est pour sa part engagé à donner une réponse à la société de courrier express sur ses projets d'extension pour le 1ereptembre. A l'initiative du ministre des Entreprises publiques, Johan Vande Lanotte, il s'agissait vendredi de faire le point sur la situation. Officiellement, le Comité ministériel restreint a décidé d'impliquer l'ensemble des gouvernements -fédéral et entités fédérées- dans la recherche d'une solution à la demande d'expansion de ses activités de DHL.

Accord de coopération

Et c'est pas gagné. Pour mémoire, le nouvel accord de majorité de la Région bruxelloise est intraitable sur une hausse des vols qui -au contraire- tend à une réduction des nuisances sonores aériennes. Certes, au sein du tout nouvel «Olivier» l'on se garde bien d'en conclure que les possibilités d'extension pour DHL sont pratiquement réduites à néant. La porte d'un accord de coopération reste, en effet, grande ouverte, mais dans le strict respect des accords bruxellois. Or, autoriser le développement de DHL s'en recourir à une hausse des vols de nuit s'apparente pratiquement à un parcours du combattant.

Par ailleurs, si côté flamand l'extension des activités de DHL reste inscrite dans les astres -rappelons l'avis positif rendu par la députation permanente du Brabant flamand sur la délivrance du permis d'environnement pour Biac, la société gestionnaire de l'aéroport, et qui ouvre la voie aux projets de DHL-, les négociateurs flamands de la capitale n'auront manifestement pas été au conflit pour arracher une augmentation des vols de nuit. Bref, au kern, parmi les pistes étudiées, l'on n'a pas éludé la possibilité de répondre par la négative à DHL.

© La Libre Belgique 2004