Gains et coûts d'une extension du hub de DHL

(R.C.)

LE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL S'ÉTAIT ENGAGÉ À RÉPONDRE À DHL, société de courrier express, sur son souhait de développer son hub à l'aéroport de Bruxelles-National en septembre. Le Conseil des ministres de vendredi prochain devrait à tout le moins évoquer le dossier, via le ministre des Entreprises publiques, Johan Vande Lanotte, en charge du dossier. Mais, tout indique que le gouvernement déciderait de ne pas décider et reporterait sa réponse de plusieurs semaines. En attendant, la province du Brabant flamand a commandité deux études sur l'impact socio-économique et les conséquences sur la santé publique de l'éventuelle extension du centre de tri de DHL. Réalisées respectivement par la VUB et l'université de Gand, ces études indiquent que ladite extension à l'horizon 2012 entraînerait progressivement un doublement des vols de nuit, qui passeraient à 140, ce qui permettrait de créer 16724 emplois. Parallèlement, la hausse des nuisances sonores provoquerait une inflation des soins de santé (troubles du sommeil, stress, etc.) de l'ordre de 400 millions d'euros/an. Ces projections ne convainquent toutefois pas les associations de riverains, opposées à la mise en place d'un super-hub de DHL à Zaventem, qui parlent de surestimation des retombées socio-économiques et de sous-estimation des dommages sur la santé. Par ailleurs, un rythme de 140 vols/nuit crèverait le plafond des 25000 vols nocturnes accordé à l'aéroport.

© La Libre Belgique 2004