LA JOURNÉE

Attaqué par Bruxelles, l'Etat botte les avions en touche

L'AVOCAT DE L'ÉTAT A REFUSÉ DE PLAIDER, mardi, dans le cadre de l'action en cessation de la Région bruxelloise devant le tribunal de première instance de Bruxelles au sujet des nuisances sonores liées au survol de la ville. Vers 11h45, après de longues tergiversations avec le président, et après la plaidoirie de l'avocat de la Région contre le plan Anciaux, l'avocat de l'Etat a refusé catégoriquement de plaider, alors que le président était prêt à siéger jusqu'à 14h. Non sans manifester sa mauvaise humeur, celui-ci a dû reporter la séance au 12 octobre. L'avocat de l'Etat a, en effet, invoqué une question d'agenda, selon le cabinet de la ministre régionale Evelyne Huytebroeck (Ecolo), et il a refusé pour la même raison de revenir plaider mercredi, ajoutant qu'il partait ensuite en vacances. MmeHuytebroeck, qui espérait un jugement vers le 20 septembre, n'a pas caché son agacement face à cette attitude. Elle y voit une manoeuvre, au détriment de la qualité de vie des riverains, permettant au gouvernement fédéral de gagner du temps dans le cadre de la gestion du dossier d'extension des activités de DHL. Et à ce sujet, il paraît pourtant, selon certaines sources, que pendant ce temps-là les négociations politiques entre Etat et Région sont «constructives» (lire en page 19).

Avançons dans le désordre

GROS DÉSORDRE, LUNDI SOIR au sein des principaux ministres du gouvernement qui participent aux négociations en vue de la rédaction de la déclaration de politique fédérale du Premier ministre. Annoncée depuis longtemps à 18h, la réunion a été postposée, à la demande du Premier ministre, à 19h puis à 20h. Et selon certains participants, la note du Premier n'était disponible, en début de réunion, qu'en néerlandais. On imagine l'ambiance! Stupeur ensuite quand les ministres PS ont découvert son contenu, fortement inspiré du programme du VLD. Une fois l'étonnement passé, le climat s'est, paraît-il, décrispé.

© La Libre Belgique 2004