Verhofstadt sort cet après-midi

Le Premier ministre Guy Verhofstadt pourra quitter l'hôpital dans le courant de la journée, vraisemblablement cet après-midi. Il souffre de deux côtes cassées situées en bas à gauche. Il ne devra cependant pas recevoir de soins particuliers. Editorial: Les leçons d'un psychodrame

Belga
Verhofstadt sort cet après-midi
©BELGA

Dernière minute

Le Premier ministre Guy Verhofstadt pourra quitter l'hôpital dans le courant de la journée, vraisemblablement cet après-midi. Il souffre de deux côtes cassées situées en bas à gauche. Il ne devra cependant pas recevoir de soins particuliers. "Des antidouleurs suffiront", ont indiqué mercredi le porte-parole du Premier, Didier Seeuws, et Renaat Peleman, de l'UZ de Gand. Le Premier ministre ne se rendra plus à Bruxelles ce mercredi. Il va rentrer chez lui pour travailler sur le dossier DHL. Il a déjà pris une série de contacts avec les autres membres du gouvernement ainsi qu'avec le Roi.


Le Premier ministre Guy Verhofstadt n'a pas encore été entendu à propos de l'accident dont il a été victime mardi soir. C'est, selon le procureur du roi de Gand, Jean Soenen, la procédure habituelle. "Les ministres en fonction qui sont impliqués dans un accident, en tant que tiers ou victime, sont interrogés par écrit", a indiqué le procureur.

Le parquet va donc sans doute demander par écrit au Premier ministre s'il a des déclarations à faire à propos de l'accident. Si le Premier ministre avait été au volant du véhicule, ce n'est pas le parquet mais bien le parquet général qui aurait été compétent.

Le procureur du roi de Gand a par ailleurs souligné le fait que le magistrat du parquet en charge de l'enquête était présent sur les lieux de l'accident lors des constatations effectuées pendant la nuit. Le procureur a également indiqué que rien ne prouvait que le chauffeur se soit assoupi au volant du véhicule. Le chauffeur lui-même ne se souvient plus de rien.

Le Premier ministre Guy Verhofstadt a passé «une bonne nuit de repos » dans une chambre du service des urgences de l'hôpital universitaire de Gand, a indiqué mercredi matin à l'agence BELGA Marie-Laure Solie, porte-parole de l'hôpital. M. Verhofstadt souffre de quelques contusions.

Dans le courant de la matinée, des médecins viendront examiner le Premier ministre, afin de décider s'il peut quitter l'hôpital. «Il ne s'agit pas d'examens lourds. Ceux-ci ont déjà été effectués durant la nuit. Les médecins doivent seulement vérifier quelle est sa condition ce matin », a poursuivi la porte-parole, précisant que vers 08h00, Guy Verhofstadt dormait encore.

Le parquet de Gand dispose désormais de toutes les données concernant l'accident: les procès-verbaux des personnes interrogées et les résultats provisoires de l'expert judiciaire. Ce dernier examinera vraisemblablement la voiture du Premier ministre - une Audi A8 - dans le courant de la journée ou dans les jours qui viennent.

«Il est aussi possible que le chauffeur (Gaetan), un bon ami et collaborateur depuis des années du Premier ministre, soit encore entendu dans la matinée. Il a déjà été entendu durant la nuit dernière, mais cela n'avait pas donné grand chose. Le chauffeur se souvient de tout jusqu'au moment de l'accident. Ensuite, c'est le trou, un symptôme classique lors d'accidents semblables », selon le parquet de Gand.

Selon le porte-parole de la police de Gand, Steven De Smet, M. Verhofstadt lui-même n'a pas été interrogé puisque deux témoins de l'accident, objectifs et indépendants, ont fourni des déclarations semblables. La version du Premier ministre, qui faisait peu attention à la route vu qu'il était passager, n'est pas nécessaire à l'enquête.

De plus, en n'interrogeant pas le Premier ministre, on évite tous les problèmes éventuels de procédure en raison de son immunité. Pour des raisons de principe, la police se refuse à tout commentaire à propos de l'accident.

Le chauffeur n'aurait pas vu à temps le bloc de béton qui délimite les bandes de circulation de la sortie du Ring 4 de Gand, à hauteur de Blaarmeesen, ou aurait mal estimé la distance en raison de l'obscurité. Selon certaines sources, l'Audi de Guy Verhofstadt était neuve et il est possible que le chauffeur, malgré sa grande expérience, avait encore peu conduit cette voiture.

Le bloc de béton a fait effet de tremplin et la voiture s'est retournée. Un excès de vitesse semble ne pas être à l'origine de l'accident.

Le Premier ministre et son chauffeur n'ont été que légèrement blessés grâce au port de la ceinture et à la robustesse de la voiture.