DHL: atterrissage sur le tarmac à Liège?

On a vu que le feuilleton DHL avait mis à l'épreuve la cohésion du gouvernement régional bruxellois. En irait-il de même pour son homologue wallon, à présent qu'un fax de DHL implique Bierset dans l'infernal ballet? Non. En tout cas, pas encore. Apparemment, c'est sans heurt que l'exécutif Van Cau II a arrêté, jeudi, sa position. Elle tient en deux messages à l'entreprise de courrier express: pas maintenant et pas comme ça.

Ph.Law. et P.P.
DHL: atterrissage sur le tarmac à Liège?
©Belga

On a vu que le feuilleton DHL avait mis à l'épreuve la cohésion du gouvernement régional bruxellois. En irait-il de même pour son homologue wallon, à présent qu'un fax de DHL implique Bierset dans l'infernal ballet? Non. En tout cas, pas encore. Apparemment, c'est sans heurt que l'exécutif Van Cau II a arrêté, jeudi, sa position. Elle tient en deux messages à l'entreprise de courrier express: pas maintenant et pas comme ça.

Pas maintenant? «Il est étonnant, pour ne pas dire perturbant», dit le ministre-Président (PS) Van Cauwenberghe, que la société sollicite Bierset vendredi dernier, en plein psychodrame entre fédéraux, Bruxellois et Flamands: «Cette concomitance est suspecte». André Antoine, le ministre (CDH) de tutelle, appuie plus crûment: «Négocier aujourd'hui avec DHL, ce serait un piège». Bref, pas de court-circuit intra-belge: «Nous n'examinerions le dossier que subsidiairement, s'il y a un échec absolu et avéré à Bruxelles, que d'ailleurs nous regretterions», Van Cau dixit. Serait-ce le cas, ajoute la majorité PS-CDH, il n'y a pas de raison que la Région wallonne se montre moins exigeante que les autres. Il y aurait même une raison de plus: «Nous sommes échaudés par le précédent bruxellois sur les difficultés de cerner la demande de DHL», poursuit le ministre-Président, en termes de projet, de flotte, d'investissements, d'emplois...

Bref, les rouges-oranges sont plus réticents que la SAB, société gestionnaire de l'aéroport liégeois et en particulier son président José Happart. Oui, «chacun son rôle», répond le ministre Antoine. «Il est possible que la SAB ait une tonalité plus enthousiaste», convient Van Cau, qui doit ménager des camarades liégeois, «mais c'est le pouvoir wallon qui banquera». La SAB, d'ailleurs, reconnaît formellement que toute décision reviendrait au gouvernement. Où l'on additionne avec effroi les 750 millions d'euros déjà injectés par la Région et les 500 millions qu'impliquerait la construction d'une nouvelle piste imposée par une arrivée de DHL à Liège!

Liège a fait le premier pas

Concernant cette option, il apparaît aujourd'hui que c'est la SAB qui a fait le premier pas. Elle a envoyé le 23 septembre 2004 à la filiale de Deutsche Post un courrier sur les capacités aériennes du site. La SAB précise qu'il s'agit d'un complément d'informations, un état de la situation réalisé par Belgocontrol. DHL dit qu'elle n'a donc fait que répondre en demandant si la SAB et l'exécutif wallon pouvaient lui confirmer leur intention de lui faire une offre formelle pour son projet d'extension. La SAB a répondu positivement tout en précisant qu'elle ne s'engagerait dans une telle démarche que si DHL devait renoncer à s'étendre à Zaventem. «Aucune négociation n'est actuellement en cours entre la SAB et DHL et aucune négociation n'est inscrite à l'agenda», dit la SAB.

La FGTB-Métal de Liège soutient l'arrivée de DHL à Bierset, «si toutefois DHL devait quitter Zaventem». Le syndicat socialiste estime qu'à ce moment, l'exécutif wallon et l'aéroport doivent constituer un «dossier complet, solide et attractif».

© La Libre Belgique 2004