Unanimité contre le plan Anciaux

Ce vendredi 3 décembre rappellera bien des souvenirs aux riverains de l'aéroport de Bruxelles-National. C'était le 3 décembre 2003, que le Conseil des ministres opta pour le scénario de dispersion des mouvements d'avions de Zaventem (sur différentes routes et pistes).

Ph.Law.

Ce vendredi 3 décembre rappellera bien des souvenirs aux riverains de l'aéroport de Bruxelles-National. C'était le 3 décembre 2003, que le Conseil des ministres opta pour le scénario de dispersion des mouvements d'avions de Zaventem (sur différentes routes et pistes). Il deviendra par la suite le «Plan Anciaux» du nom de l'ex-ministre fédéral Bert Anciaux (Spirit). Le volet concernant les vols nocturnes est entré en application le 22 mars 2004 et celui des vols de jour, le 18 avril.

Un an après la décision du fédéral et malgré les péripéties judiciaires, le plan Anciaux fait toujours l'unanimité contre lui, à Bruxelles, dans l'Oostrand (l'est de Bruxelles, composé de Wezembeek-Oppem, de Woluwe- St-Pierre, Crainhem, Sterrebeek, etc.) et dans le Noordrand (Neder-over-Hembeek, Grimbergen, Meise, Wemmel, Vilvorde). «Le plan Anciaux n'a apporté aucune solution au problème. Il a fait plus de mécontents que de contents et fait grimper les plaintes des riverains de 1300 pc», dit un observateur du dossier.

Revoir le plan Anciaux

Pour les riverains, une révision du plan est indispensable. «C'est un mauvais plan et il faut l'améliorer. Dans le Noordrand, les mêmes personnes sont survolées jour et nuit plusieurs fois dans la semaine. Si les responsables politiques bruxellois continuent, à l'instar du ministre Bruxellois Benoît Cerexhe (CDH), d'exiger une concentration des vols sur le nord de Bruxelles, nous lancerons un boycott économique de la capitale. Nous n'irons plus faire nos courses à Bruxelles, ni aller dans les restaurants bruxellois», martèle Joséphine Overeem, habitant à Grimbergen et bénévole de l'association Actie Noordrand. Elle annonce l'introduction d'une plainte pour diffamation contre le ministre de l'Economie Benoît Cerexhe s'il persiste à voir la main du Vlaamse Belang (ex-Vlaamse Blok) dans les réunions dans le Noordrand. Dans un entretien au site internet Mille Décibels (1), Benoît Cerexhe évoquait notamment l'intrusion du parti d'extrême droite dans le débat et une remise en cause du plan Anciaux. «Dans l'attente d'une hypothétique décision européenne de fermeture des aéroports la nuit, des solutions alternatives sont à identifier. Il faut trouver des synergies avec des aéroports régionaux ou envisager la construction d'un nouvel aéroport à plus grande distance de Bruxelles», a-t-il également déclaré à Mille Décibels.

Les riverains de l'Union belge contre les nuisances aériennes (Ubcna) rappellent, de leur côté, les engagements pris - et non tenus - par le fédéral sur le dossier de Zaventem. «Le plan Anciaux est censé n'être que provisoire, mais il dure depuis un an. Il est conditionné à une évaluation promise pour septembre 2004 qui n'est toujours pas réalisée. Il devait se baser sur un vrai cadastre de bruit qui n'existe pas non plus», dénonce Jacques Vandenhaute, maïeur de Woluwe-St-Pierre et président de l'Ubcna.

(1)Webhttp://www.milledecibels.be

© La Libre Belgique 2004