Marie Arena: une brique sur l'estomac

La ministre-Présidente de la Communauté française, Marie Arena (PS), est dans ses petits souliers. Les travaux d'embellissement qu'elle a fait entreprendre pour rénover, en priorité, son cabinet ministériel, travaux évalués à plus de 300000 euros, continuent à susciter une vive polémique.

Marie Arena: une brique sur l'estomac
©Belga
V.d.W.

La ministre-Présidente de la Communauté française, Marie Arena (PS), est dans ses petits souliers. Les travaux d'embellissement qu'elle a fait entreprendre pour rénover, en priorité, son cabinet ministériel, travaux évalués à plus de 300000 euros, continuent à susciter une vive polémique. S'éteindra-t-elle, cette polémique, lorsque la ministre aura apporté - elle les promet pour mardi - toutes les précisions? Rien n'est moins sûr. Faisons le point.

1 Les travaux décidés étaient-ils nécessaires? A l'exception de Marie Arena, de son proche entourage et des porte-parole officiels, tout le monde considère que ces travaux constituent «un investissement un peu fou». Certes, il apparaît qu'une rénovation était utile pour «maintenir l'outil» et pour garder à l'immeuble le lustre que lui avaient donné ses concepteurs. Mais l'ampleur des travaux entrepris en a surpris plus d'un à l'heure où, dans les établissements scolaires, on gèle dans des réfectoires vétustes, on se démène dans des classes surpeuplées, on organise des fancy-fairs pour payer le remplacement des chaudières...

Pour justifier cet investissement, les proches de Marie Arena expliquent que les libéraux, qui l'ont précédée dans les lieux qu'elle occupe, avaient laissé les bureaux dans un état calamiteux. Les socialistes reprochent aussi aux anciens collaborateurs du précédent ministre-Président de la Communauté française, Hervé Hasquin, d'avoir vidé les lieux en emportant une partie des armoires, des ordinateurs, d'avoir vidé la mémoire des PC restants, d'avoir fait main basse sur les téléviseurs, les GSM... De là à affirmer que l'ancien directeur adjoint du cabinet de Hervé Hasquin, parachuté au Service d'appui des cabinets ministériels, est l'instigateur des fuites, il n'y a qu'un pas. L'attaque ne volait pas très haut, la réplique non plus. «Nous, on n'est jamais tombé dans le poujadisme, disent certaines socialistes: nous n'avons jamais dénoncé le faste de certaines réceptions libérales d'avant, les voyages à l'étranger avec les petites amies...»

Les travaux de Marie Arena étaient-ils permis? Malgré l'existence du Service d'appui aux cabinets ministériels, les règles varient très fort d'un ministre à l'autre. Si Marie Arena a pu bénéficier de travaux dont on connaît l'ampleur et le coût, Fadila Laanan, la ministre PS de la Culture, a dû faire repeindre une partie de son cabinet... par des étudiants jobistes. Les travaux au cabinet de la ministre de la Santé, Catherine Fonck (CDH), ont été pris en charge par le propriétaire: mais il s'agit d'un immeuble loué (alors que celui de Mme Arena est la propriété de la Communauté) et, après travaux, le loyer du cabinet de Mme Fonck a augmenté de 180.000 euros l'an.

2 Marie Arena est-elle menacée? Même au PS, on considère qu'elle a commis une double erreur: choisir une rénovation d'une ampleur et d'un luxe indécent et ne pas dire immédiatement la vérité. Dès lors, la position de Marie Arena risque d'être très délicate au PS. Il y a, c'est clair, un grand malaise, exprimé par Jean-Claude Van Cauwenberghe, lui même: «Ce n'est pas avec ce genre de thème que l'on fera progresser la Communauté française.» Au PS, le «style Arena», mélange subtil de charme, de travail et d'arrogance, ne convainc plus. La brique qu'elle a dans le ventre risque de lui rester sur l'estomac.

Mardi, au Parlement de la Communauté française, Marie Arena devra répondre aux interpellations de l'opposition Ecolo et MR (les libéraux déposeront une proposition de décret pour réglementer le fonctionnement des cabinets). Le CDH, partenaire du PS au gouvernement, réclamera, lui aussi, plus de transparence.

© La Libre Belgique 2004

Sur le même sujet