Attention, tensions...

Les vendredis communautaires se suivent et... La semaine dernière, les présidents francophones avaient pour la première fois ensemble dégainé l'arme, fût-elle plus dissuasive que de combat, des limitations extensibles de Bruxelles. Hier, le chef de groupe PS à la Chambre a dû faire douce violence à son profil sobre et mesuré.

Attention, tensions...
©BELGA
P.P.

Les vendredis communautaires se suivent et... La semaine dernière, les présidents francophones avaient pour la première fois ensemble dégainé l'arme, fût-elle plus dissuasive que de combat, des limitations extensibles de Bruxelles. Hier, le chef de groupe PS à la Chambre a dû faire douce violence à son profil sobre et mesuré. Au «Soir», Thierry Giet a menacé, en substance: si les Flamands ouvrent vraiment le débat sur leurs propositions de scinder Bruxelles-Hal-Vilvorde (BHV), dès mercredi prochain en commission de la Chambre, avant même que le groupe de travail ad hoc ait eu le temps de dire ouf, ehbien, ce sera un casus belli et on claquera la porte, na.

Voilà qui, évidemment, comporte sa (large) part de musculation tactique. D'autant que le MR feignait d'attendre du PS des sorties plus mâlement francophones. D'autant, aussi, que le camp francophone avait manifesté quelque flottement, cette semaine en commission de la Chambre (ci-contre)... N'empêche, la sortie PS participe d'un contexte plus général. Qui indique à chacun que l'échéance des explications s'approche. Et qui signifie aux Flamands radicaux que, quoi qu'ils feignent d'ignorer, ils finiront par devoir admettre: d'abord, qu'ils ne seront pas les seuls à décider; ensuite, qu'ils ne sont pas les seuls à pouvoir dire des choses qui fâchent ou qui font rire l'autre camp.

Ce n'est pas pour rien que les derniers positionnements s'entortillent autour de plusieurs instances: la partie s'embrouille à mesure qu'elle donne des velléités de s'emballer, à se disperser entre plusieurs scènes simultanées dont personne ne saurait jurer si elles sont complémentaires, parallèles ou concurrentes.

Qui fait quoi, là, et où?

Pour rappel, on a donc la conférence interministérielle sur les réformes institutionnelles, spécialement créée pour BHV et autres contentieux dont on conviendrait qu'ils peuvent lui être accolés. Dès son installation, lundi, elle a accouché d'un groupe de travail plus réduit, et plus soucieux de la proportionnalité des partis démocratiques.

A... côté, il y a la commission de l'Intérieur de la Chambre, saisie de la proposition flamande de scission mais aussi des textes alternatifs francophones, parfaite-ment antagoniques. Toute l'astuce revient à freiner les ardeurs des élus, CD&V-N.VA surtout, sans paraître vouloir brider le travail parlementaire...

Tertio, le «Forum institutionnel», voulu par la majorité violette dès ses débuts. Chacun s'en fiche royalement puisqu'il a tenu mercredi sa deuxième réunion en 4 mois. Pour des prunes. Ses sujets sont pourtant, potentiellement, plus importants que les tracasseries autour de la capitale. Ainsi des espoirs d'un vrai Sénat des entités fédérées.

C'est (re)dire si BHV est plus lourd symboliquement que pratiquement, et revêt une portée politique qui dépasse son objet. Du reste, oubliez les instances qui précèdent. Le sac à noeuds sera à dénouer ailleurs encore, entre Premier ministre et quelques bonzes. Ce sera sans doute, après quelque nouvelle temporisation, entre les vacances de carnaval et celles de Pâques...

© La Libre Belgique 2005

Sur le même sujet