Un référendum sur l'avenir de la Belgique ?

Le président du PS Elio Di Rupo évoque pour la première fois un référendum qui poserait clairement la question de savoir si la population veut continuer à vivre dans une Belgique unie. Il entendait ainsi démontrer que le PS est prêt à changer la Constitution belge pour organiser une consultation populaire.

Belga
Un référendum sur l'avenir de la Belgique ?
©Belga

Si la Constitution européenne était le motif officiel du congrès PS qui a attiré samedi matin près de 400 délégués dans les bâtiments du parlement européen à Bruxelles, le président Elio Di Rupo n'a pas hésité dans son discours de clôture à empiéter sur la scène politique belge en faisant le pari d'un referendum qui poserait clairement la question de savoir si la population veut continuer à vivre dans une Belgique unie.

Il entendait ainsi démontrer, à l'adresse des libéraux du MR et des VLD, que si le PS s'est montré adversaire d'un referendum à haut risque sur la Constitution européenne, il est prêt à changer la Constitution belge pour organiser une consultation populaire. «Mais alors il faut poser une question claire et pourquoi pas celle de savoir si l'on veut préserver l'unité du pays», a commenté M. Di Rupo tant à la tribune du congrès que dans les travées de la salle qui l'accueillait.

Pour lui, s'il existe toujours un risque lié à ce genre d'exercice, il ne fait toutefois guère de doute que la grande majorité des habitants du pays répondraient oui.

Poursuivant sur sa lancée, il s'en est énergiquement pris aux libéraux, qui prétendent «laver plus blanc que blanc» et donnent des leçons de démocratie en réclamant une consultation populaire sur l'Europe, alors «qu'ils n'ont en rien impliqué leurs membres dans le débat sur la Constitution».

Pour le président du PS, un referendum sur la Constitution européenne n'aurait pas permis une approche claire et nette et aurait bien vite été mis à profit par les forces centrifuges qui veulent déchirer le pays. On aurait parlé de la Turquie, des Balkans, on aurait parlé de tout sauf du projet de Constitution européenne, a-t-il expliqué.

Le réferendum en Espagne l'a montré: malgré un soutien de tous les responsables politiques, plus de la moitié des Espagnols ne se sont pas déplacés pour voter, a-t-il souligné.

En revanche, le PS souhaite un vrai débat sur la Constitution européenne au parlement belge, avec implication de la société civile, des partenaires sociaux, des forces vives du pays, a dit Elio Di Rupo.