Lizin s'expliquera jeudi, la magistrate se déssaisit

Le Bureau du Sénat a décidé qu'un débat public aurait lieu en séance plénière jeudi à 11 heures sur l'incident né de la révélation du fait que la présidente de l'assemblée, Anne-Marie Lizin, a écrit à une magistrate liégeoise dans le cadre d'une affaire judiciaire. Par ailleurs, la magistrate concernée a prononcé lundi un arrêt par lequel elle se déssaisit de l'affaire en question.

BELGA
Lizin s'expliquera jeudi, la magistrate se déssaisit
©JOHANNA de TESSIÈRES

Le Bureau du Sénat s'est réuni lundi après-midi et a décidé qu'un débat public aura lieu en séance plénière jeudi à 11 heures sur l'incident né de la révélation du fait que la présidente de l'assemblée, Anne-Marie Lizin, a écrit à une magistrate liégeoise dans le cadre d'une affaire judiciaire.

Seuls des représentants du CD&V, du MR et d'Ecolo sont venus à la rencontre de la presse après la réunion pour expliquer ce qui avait été décidé.

Selon certaines informations, le MR, le cdH, le CD&V et le VB étaient favorables à une explication en séance plénière. Les socialistes et le VLD n'étaient pas enthousiastes mais se sont ralliés à l'idée.

Mme Lizin fera une déclaration devant la séance plénière et un débat permettra ensuite à chaque groupe de s'exprimer. Il n'apparaît pas clairement, à l'heure actuelle, quelle pourrait être la conclusion du débat. Pour la chef de groupe MR, Christine Defraigne, rien ne prévoit la possibilité de déposer une motion de méfiance à l'égard de la présidente.

Mme Defraigne a souligné que selon elle, Mme Lizin avait bien commis une faute et qu'il est important que le débat ait lieu en séance plénière afin d'envoyer un message non seulement aux citoyens mais aussi au monde judiciaire pour dire clairement que ce genre de pratique est inadmissible.

Christine Defraigne a aussi précisé que lors de la réunion du Bureau, personne n'avait demandé la démission d'Anne-Marie Lizin de son poste de présidente de l'assemblée. Pour la chef de groupe MR, il appartiendra à Mme Lizin de tirer elle-même les conclusions du débat.

Isabelle Durant (Ecolo) a également souligné que Mme Lizin avait bien commis une faute. Pour elle, ce genre d'intervention n'est pas admissible, ni de la part d'un parlementaire ni de la part d'un bourgmestre.

La chef de groupe CD&V, Sabine de Béthune, est du même avis. Pour elle, la justification donnée par le président du PS, Elio Di Rupo, qui a souligné qu'elle avait agi en tant que bourgmestre et non en tant que présidente du Sénat, «ne fait qu'aggraver la situation». «Personne, quelle que soit sa fonction, ne peut vouloir influencer un juge», a-t-elle ajouté.

Mme de Béthune a encore dit que le fond du débat n'avait pas été abordé lors de la réunion du Bureau.

Hugo Vandenberghe (CD&V) a pour sa part indiqué que c'était à sa connaissance la première fois qu'un président du Sénat devait ainsi s'expliquer en public.


La magistrate se déssaisitLe dossier à propos duquel la présidente du Sénat Anne-Marie Lizin a écrit à une magistrate de la Cour d'appel de Liège est renvoyé au rôle et sera traité dans les meilleurs délais possibles par un autre magistrat de la Cour d'Appel. La magistrate concernée a en effet prononcé lundi un arrêt par lequel elle se déssaisit de l'affaire, annonce le magistrat de presse auprès de la Cour d'appel de Liège. Dans un communiqué, il précise que la magistrate déclare dans cet arrêt «ne pouvoir que se déporter de sa propre initiative du jugement de l'affaire dans l'intérêt d'une bonne administration de la Justice».