LA JOURNÉE

Effet dévolutif, nous revoilà...

LES COALISÉS WALLONS se trouvent en plein remue-méninges sur la démocratie locale, dans la perspective des élections d'octobre 2006. Le terrain est sensible et les nuances voire les clivages abondent, au moins autant au sein de chaque parti qu'entre PS et CDH... Parmi les sujets qui frémissent, le fameux effet dévolutif de la case de tête -en vertu duquel les candidats puisent dans le pot commun (les voix pour l'ensemble de la liste), dans l'ordre de leur présentation, pour arriver si nécessaire au nombre de voix requis pour être élu. Sous l'arc-en-ciel, Verhofstadt avait coupé la poire en deux, entre la suppression (voulue par les libéraux) et le maintien (préféré par les socialistes). Va-t-on en Wallonie supprimer l'effet subsistant pour moitié? Au moins un élu wallon CDH le voudrait: André Bouchat, le vigoureux maïeur de Marche, dépose une proposition de décret supprimant tout l'effet dévolutif aux communales/provinciales. «Pour renforcer le rôle de l'électeur», dit-il.

... mais mollo!

A ce que l'on sait, le PS a requis du CDH que la proposition soit bien présentée comme individuelle. Pas comme émanant du CDH. C'est que le PS, lui, est favorable au maintien de l'effet à 50 pc. Pour la raison que la suppression de tout l'effet, plaide le ministre Courard, risque de laisser sur le carreau la candidate dont la présence sera requise à l'une des 2 premières places de chaque liste: l'alternance serait alors sans effet. Prétexte, réplique Bouchat. Etudes à l'appui (ULB et ULg), il certifie: «Ce qui compte pour une femme, comme pour un(e) jeune, c'est une place en vue.» Pas ou plus l'effet dévolutif. D'ailleurs, on vote de plus en plus par préférence. Serait-ce avec des nuances. «Par exemple», ajoute-t-il, très faussement candide, le vote en case de tête n'atteint plus que 8 pc dans son fief marchois contre encore 20 pc à Huy, chez sa collègue Lizin...

© La Libre Belgique 2005