«Les riverains ont tout faux»

Belgocontrol est pris entre le marteau et l'enclume. Dimanche, selon un communiqué de l'Union belge contre les nuisances aériennes (UBCNA), une trentaine d'avions auraient atterri, samedi, sur la piste 02, violant l'arrêt de la cour d'appel de Bruxelles du 17 mars. Le juge avait interdit l'utilisation préférentielle de la piste la plus courte de l'aéroport national telle qu'elle résulte du plan Anciaux, sous peine d'une astreinte de 25000 € par atterrissage excessif, illicite et abusif.

Ph.Law.
«Les riverains ont tout faux»
©Johanna de Tessières

Belgocontrol est pris entre le marteau et l'enclume. Dimanche, selon un communiqué de l'Union belge contre les nuisances aériennes (UBCNA), une trentaine d'avions auraient atterri, samedi, sur la piste 02, violant l'arrêt de la cour d'appel de Bruxelles du 17 mars. Le juge avait interdit l'utilisation préférentielle de la piste la plus courte de l'aéroport national telle qu'elle résulte du plan Anciaux, sous peine d'une astreinte de 25000 € par atterrissage excessif, illicite et abusif. Le 18 avril, pour éviter de payer les astreintes (exigibles dès le 27 avril), le fédéral, sur initiative du ministre de la Mobilité Renaat Landuyt (SP.A), a pris des mesures «provisoires». Il a interdit les atterrissages sur la piste 02 sauf en cas de rafales ou de vent arrière supérieur à 7 noeuds sur les pistes 25.

D'après les riverains, «la piste 02 a été mise en service, samedi, vers 19h50 avec un léger vent de sud-est de 120 degrés et de 4 noeuds, ce qui donne un vent arrière nul sur la piste 20 (piste 02 dans l'autre sens), 1 noeud sur la 02 et 3 noeuds sur la 25».

Des pilotes étonnés

Ils accusent M. Landuyt et les contrôleurs aériens de Belgocontrol de ne pas respecter «la lettre les décisions de justice». Ils vont demander à leur avocat d'exiger le paiement des astreintes, soit 750000 euros.

Du côté de Belgocontrol, la sortie des riverains suscite l'énervement. «On ne change pas l'utilisation des pistes par plaisir. La sécurité est notre priorité et nous avions de bonnes raisons d'utiliser la piste 02 samedi. Il y avait des rafales violentes et des pointes de vent arrière allant jusqu'à 12 noeuds sur les pistes 25 (donc supérieur aux 7 noeuds autorisés). Notre contrôleur chef a appliqué les consignes qu'il faut», dit-on chez Belgocontrol. L'organisme parle même d'agressions verbales envers les contrôleurs aériens. «Ça pose des problèmes de sécurité, car celui qui vient de se faire insulter n'est pas dans de bonnes conditions pour remplir sa mission. Nous réfléchissons à des alternatives pour agir contre les agresseurs et protéger nos contrôleurs.» Belgocontrol assure que toutes les explications figureront dans le rapport hebdomadaire. Mais la version des riverains s'appuie sur des propos de pilotes qui étaient étonnés qu'on leur demande d'utiliser la 02 pour les atterrissages. Il reviendra à la justice de trancher.

© La Libre Belgique 2005