Le prince de la chronique judiciaire

Homme de théâtre avant de bifurquer vers le journalisme (il fut grand reporter au «Pourquoi Pas?», mais se spécialisa très vite dans la chronique judiciaire), Philippe Toussaint peut être considéré comme le père spirituel de plusieurs générations de confrères habitués des prétoires. Il vient de s'éteindre, à l'aube de ses 80 ans, après avoir connu, depuis août 2004, de sérieuses alertes de santé.

J.-C.M.

Homme de théâtre avant de bifurquer vers le journalisme (il fut grand reporter au «Pourquoi Pas?», mais se spécialisa très vite dans la chronique judiciaire), Philippe Toussaint peut être considéré comme le père spirituel de plusieurs générations de confrères habitués des prétoires. Il vient de s'éteindre, à l'aube de ses 80 ans, après avoir connu, depuis août 2004, de sérieuses alertes de santé.

Aimable et exigeant

Exigeant et rigoureux, mais d'une amabilité et d'une disponibilité permanentes, il a donné l'exemple d'un professionnel curieux davantage du justiciable, son prochain, aux prises avec le quotidien de la justice que des pompes de l'institution sur laquelle il portait le regard d'un aigle.

Les auditeurs de la RTBF ont, des années durant, écouté religieusement son billet hebdomadaire. D'une voix chaude, Philippe Toussaint nous faisait revivre des audiences parfois spectaculaires mais le plus souvent ordinaires, dont il tirait toujours une morale à l'usage de la société tout entière.

Il n'avait pas son pareil, en effet, pour montrer, dans un langage choisi et à travers les exemples les plus courants, comment avançait la justice et comment allait le monde. Il le faisait à la radio mais aussi dans la presse écrite. C'est lui, en effet, qui osa fonder, voici plus d'un quart de siècle, «Le journal des procès», qui vient d'atteindre le cap des 500 numéros.

Il fallait voir Philippe Toussaint s'installer au banc de la presse, sec, le regard perçant, vaguement sévère, lui qui n'était que gentillesse et humour, avec son petit carnet et son crayon. Il noircissait deux ou trois pages puis s'en allait, ayant compris bien plus vite que quiconque les leçons à tirer de l'affaire.

Magazine brillant, «Le journal des procès» a survécu grâce à l'inlassable courage et au talent sans failles de son créateur, infatigable malgré le poids des ans. Grâce aussi au soutien éclairé de Suzanne, qui ne cessa jamais de veiller sur son mari. Grâce enfin à la collaboration de dizaines de personnalités, conquises par les engagements humanistes de leur ami. Ses ennuis de santé n'avaient altéré ni son intelligence, ni sa détermination à combattre, partout et toujours, l'intolérance, les extrémismes et la médiocrité. Il nous manquera comme nous manque son compère Alain Heyrendt, parti en éclaireur au paradis des gentilshommes.

© La Libre Belgique 2005