Le plan Anciaux encore plombé

(Ph. Law.)

Deux nouveaux arrêts rendus mardi ont encore plombé le plan Anciaux. Le premier émane de la cour d'appel de Bruxelles, sur une action de la ministre bruxelloise de l'Environnement, Evelyne Huytebroeck (Ecolo). «La cour d'appel estime que les nuisances sonores générées par le plan Anciaux sont en infraction par rapport à l'arrêté bruit bruxellois qui définit des normes sonores qui ne peuvent être dépassées sous peine de menacer la santé des populations survolées. Il établit surtout que la conséquence du plan est de priver les Bruxellois de leur droit à un environnement sain prévu par la Constitution», a-t-elle commenté. Dans son recours, la Région bruxelloise demandait la fin des nuisances sonores dues aux survols de la capitale. La cour lui a donné raison et impose au fédéral de revoir le plan Anciaux dans les 3 mois sous peine d'astreintes de 25000 € par infraction. Parallèlement, le Conseil d'Etat a suivi les riverains du Noordrand (nord de Bruxelles) qui demandaient la suspension de l'usage intensif de la piste 25 droite, le samedi. Pour le ministre-Président bruxellois, Charles Picqué (PS), «aucune solution n'aboutira si on ne sort pas du schéma de dispersion actuel». Le CDH invite le fédéral à renoncer à son projet de loi qui consacre le plan Anciaux et lance un appel pour une union des francophones comme dans le cas du dossier de Bruxelles-Hal-Vilvorde. Le ministre Landuyt parle de son côté de «situation d'urgence» et invite à une réflexion sur l'avenir du site. «Si on tient compte de toutes les décisions de justice, on ne pourra bientôt plus voler nulle part à proximité de l'aéroport», a-t-il lancé.

© La Libre Belgique 2005