Impasse sur les pistes de Zaventem

Comme prévu, les experts et conseillers des cabinets ministériels des gouvernements fédéral, bruxellois et flamand se sont rencontrés jeudi midi pour examiner la problématique du bruit des avions de Bruxelles-National. Mais ils se sont quittés sans avoir trouvé un terrain d'entente, après deux heures de discussion. Et pour cause. Les parties ne seraient pas venues pour discuter de la même chose.

Ph.Law.
Impasse sur les pistes de Zaventem
©JOHANNA de TESSIÈRES

Comme prévu, les experts et conseillers des cabinets ministériels des gouvernements fédéral, bruxellois et flamand se sont rencontrés jeudi midi pour examiner la problématique du bruit des avions de Bruxelles-National. Mais ils se sont quittés sans avoir trouvé un terrain d'entente, après deux heures de discussion. Et pour cause. Les parties ne seraient pas venues pour discuter de la même chose. L'exécutif flamand ne voulait discuter que de l'avant-projet de loi sur les procédures de vols mis sur la table paar le ministre de tutelle Renaat Landuyt (SP.A, Mobilité) comme il était prévu au programme. Quant au gouvernement bruxellois, vu l'actualité marquée par les deux arrêts judiciaires qui ont plombé davantage le plan de dispersion Anciaux, il aurait demandé un retour la situation d'avant 1999 (vols d'avions en fonction des vents, etc.) avant toute discussion sur la réduction de normes de bruit.

Mais les parties ont néanmoins étudié article par article l'avant-projet de loi du ministre Landuyt et devraient normalement rendre leurs avis respectifs. Toutefois, aucun délai n'a été fixé. Ils ont néanmoins en mémoire l'arrêt de mardi de la cour d'appel de Bruxelles qui interdit tout survol de la capitale sous peine d'astreinte de 25000€ par infraction dès que la décision sera signifiée. La question est de savoir si le gouvernement bruxellois prendra l'initiative de signifier l'arrêt. En effet, jeudi en début de soirée, le cabinet de la ministre bruxelloise de l'Environnement, Evelyne Huytebroeck (Ecolo) laissait entendre que le dossier pourrait connaître une évolution positive. Quand?

Mais d'ici-là, une autre décision judiciaire pourrait encore porter un nouveau coup dur au plan Anciaux. En effet, sur une action de près de 3000 riverains du Noordrand (périphérie nord de Bruxelles), le tribunal de première instance de la capitale devrait rendre une décision le 21 juin prochain. Ceux-ci demandent la fin des décollages sur la piste 25 droite, l'une des deux pistes parallèles, calquant leur argumentaire sur celui des riverains de l'est de Bruxelles. Ces derniers viennent par ailleurs de déposer une série de 12 propositions sur la table. Ils proposent notamment la reprise du dialogue, la mise en place du fonds de financement des expropriations, l'interdiction de construction d'habitats privés dans un rayon de 5 km centré sur l'aéroport et l'extension de la période de nuit (de 23h à 7h au lieu de 23h à 6h).

© La Libre Belgique 2005