Les riverains invitent Landuyt à payer

Les riverains de l'est de Bruxelles (Oostrand) ont décidé de passer à la vitesse supérieure. Ils ont envoyé au ministre fédéral de la Mobilité, Renaat Landuyt (SP.A), un huissier pour exiger le paiement d'astreintes pour 960 atterrissages en infraction sur la piste 02 de l'aéroport de Bruxelles-National. «Nous avons reçu une signification avec commandement à payer cet après-midi (vendredi, NdlR) .

Ph.Law.
Les riverains invitent Landuyt à payer
©JOHANNA de TESSIÈRES

Les riverains de l'est de Bruxelles (Oostrand) ont décidé de passer à la vitesse supérieure. Ils ont envoyé au ministre fédéral de la Mobilité, Renaat Landuyt (SP.A), un huissier pour exiger le paiement d'astreintes pour 960 atterrissages en infraction sur la piste 02 de l'aéroport de Bruxelles-National. «Nous avons reçu une signification avec commandement à payer cet après-midi (vendredi, NdlR). Nous allons maintenant introduire une procédure devant le juge des saisies pour qu'on établisse les infractions avancées par les riverains», confirme le ministre Landuyt.

Le renversement en cause

D'après les riverains, plus de 960 infractions d'avions (atterrissages sur la piste 02) ont été constatées par huissier entre le 27 avril et le 18 juin 2005. Ils estiment que la plupart des atterrissages sont dus à l'application du principe du «renversement». «Le principe du renversement figure dans le plan de dispersion Anciaux. Lorsque la piste 20 (la piste 02 dans le sens inverse) ne peut pas être utilisée pour des décollages à cause du vent, on y renverse des opérations d'atterrissage. Or ici, les conditions météo permettaient parfaitement l'utilisation de la piste 25 sans aucun problème, la vitesse du vent arrière était bien inférieure à la limite de 10 noeuds au-delà de laquelle l'usage de la piste 25 est interdit», soutiennent les riverains.

La cour d'appel de Bruxelles avait jugé illicite, abusive et dangereuse l'utilisation intensive de la courte piste 02/20 pour les décollages et atterrissages à Bruxelles-National. Elle avait donné raison à 67 riverains (Crainhem, Wezembeek-Oppem, Woluwe-Saint-Pierre) qui demandaient qu'il y soit mis un terme.

Dans son arrêt du 17 mars 2005, la cour a reconnu qu'avant 2004, la piste 02 n'était utilisée qu'en cas de vents forts d'est et de nord-est (10 ou 12 noeuds) et en cas d'indisponibilité des deux pistes principales parallèles (25) pour cause de travaux. Elle avait donc ordonné la cessation provisoire du recours préférentiel à la piste 02 tel qu'il résultait du plan Anciaux: utilisation 3 nuits par semaine et un samedi sur deux d'office, utilisation en «renversement» lorsque la piste 20 ne peut être utilisée préférentiellement pour les décollages suite à un vent arrière trop fort, utilisation suite à la diminution des valeurs de composantes de vent de 10 à 5 noeuds sur les pistes 25.

Tout peut être justifié

Le juge avait assorti son jugement d'une astreinte de 25000€ par atterrissage en infraction, mais avec un plafond de 1,25 million d'euros. Devant les infractions, les riverains entendent demander la levée du plafond, d'autant plus que les infractions dont il est question aujourd'hui se chiffrent à 24 millions d'euros d'astreintes.

Du côté de Belgocontrol, l'organisme de contrôle du ciel belge, on se refuse à tout commentaire. Mais on assure que tout écart vis-à-vis du jugement de la cour d'appel fait l'objet d'une justification (météo, indisponibilité de pistes, orage, etc.). Il faudra donc désigner un expert pour établir objectivement les infractions. Mais selon un observateur du dossier, près d'un tiers des 960 infractions peut être établi.

Le ministre Landuyt se dit surpris (et fâché) par la démarche des riverains à l'heure où une certaine accalmie règne sur le plan judiciaire. «Ils veulent faire monter la pression, alors qu'on vient d'annoncer que la piste 02/20 sera hors d'usage pour cause de travaux durant quasiment tout le mois d'août, ce qui signifie plus de nuisances pour les riverains de l'Oostrand», conclut-il.

© La Libre Belgique 2005