Le judaïsme belge des origines

(C.Le.)

«Beth Hillel» à Bruxelles a donc un nouveau rabbin mais ce dimanche 11 septembre, la communauté juive libérale inaugurera aussi sa nouvelle synagogue. Un superbe bâtiment installé au 80 de la rue des Primeurs, à un jet de pierre de Volkswagen-Forest. Les responsables ne sont pas peu fiers de dire qu'il reflète bien la communauté: moderne et chaleureux. Un bel aboutissement pour son 40e anniversaire après avoir été abrité dans deux appartements et un entrepôt qui ne reflétaient guère l'esprit de la communauté libérale. Mais cela importait finalement peu à côté de tout ce qui s'y est transmis depuis 1965. A côté d'une actualisation permanente du judaïsme à travers un retour aux textes, «Beth Hillel» s'est caractérisé par l'instauration d'une égalité parfaite entre sexes, ce qui se traduisit entre autres par la bat-mitzva pour les filles à 12 ans et par l'accent mis davantage sur l'éthique que sur une pratique rigoriste. Sans oublier un allégement des offices religieux et le recours à la langue vulgaire. Un peu comme... l'Eglise catholique après le concile Vatican qui ne remonte pas par hasard à la même époque...

Un autre parallélisme s'impose: «Beth Hillel» a multiplié les contacts respectueux et fraternels avec les hommes et les femmes d'autres confessions philosophiques, religieuses ou culturelles. Ces derniers le lui ont bien rendu: le rabbin Dahan rappelait que lors de l'installation de la synagogue dans un entrepôt de l'avenue Kersbeek, parmi les nombreux volontaires qui prêtèrent main forte aux travaux de réfection et de peinture du lieu du culte figuraient des prêtres et des religieuses qui apportèrent fraternellement leur concours. Mieux, l'abbé Jean-Marie Schoefs, de pieuse mémoire qui fut à la base avec le doyen Omer Hamels et le Père Georges Passelecq de l'organe de concertation entre chrétiens et juifs en Belgique, déménagea même un jour un «Aron Hakodesh», l'armoire dans laquelle sont entreposés les rouleaux de la Torah que le camion d'un fidèle de la synagogue n'avait pu transporter parce qu'il était paralysé par la neige... La communauté israélite libérale touche aujourd'hui près de 500 familles dont près de 350 cotisent en permanence pour permettre son développement. Si le courant est aujourd'hui minoritaire, on rappellera en cette année d'anniversaire, qu'il est l'héritier direct du judaïsme belge du XIXe siècle, influencé alors par une doctrine libérale, progressiste et universaliste venue d'Allemagne.

© La Libre Belgique 2005