Après la Carolo, le Foyer hensitois

A la suite d'une plainte déposée par la seule opposition (majorité absolue socialiste à Hensies) auprès du procureur du Roi de Mons, la Société wallonne du logement (SWL) engageait en octobre et novembre 2002 un audit concernant la société Le Foyer hensitois.

G.B.

A la suite d'une plainte déposée par la seule opposition (majorité absolue socialiste à Hensies) auprès du procureur du Roi de Mons, la Société wallonne du logement (SWL) engageait en octobre et novembre 2002 un audit concernant la société Le Foyer hensitois. Ici comme ailleurs, des pratiques douteuses, voire calamiteuses, étaient mises clairement en évidence dans un document portant sur l'étrange gestion de cette société en charge de 385 habitations.

Le 6 mai 2004, un rapport de «suivi d'audit» était rédigé puis adressé aux administrateurs du Foyer. Alors que le directeur-gérant n'est plus en place depuis début 2005 et que le parquet est toujours saisi, le moins que l'on puisse écrire est qu'on n'a enregistré que peu de progrès en deux ans, malgré les recommandations émises.

Quelques morceaux choisis au fil de ce «suivi d'audit»:

- «A ce jour, le compte «580 virements internes» présente toujours un solde inexpliqué de 6188€, augmenté de 4700€ correspondant à des retraits de chèques guichet en 2002 (3500€ et 1200€), soit au total une somme de 10888€ de dépenses totalement injustifiées».

-Frais de déplacements (constat en mai 2004): «Il apparaît que les frais de déplacement du président et du vice-président sont payés par caisse pour des montants quasi identiques (160,92€ et 330,31€) d'un mois à l'autre «le rapporteur rappelant» une fois encore, que les forfaits, sans plus de justification, ne sont pas admis dans le cadre des remboursements des déplacements professionnels.»

-Les frais de représentation (29359,72€) sont qualifiés de «largement supérieurs à la moyenne», le suivi d'audit épinglant aussi, sur base des relevés de la carte Visa au nom de la société, «des achats fréquents de boissons alcoolisées et de vins ainsi que des notes de restaurants situés à l'étranger. Ces frais sont manifestement exagérés eu égard aux besoins de la société et à sa situation financière», dénonce encore le rapport.

Rémunérations: +234pc

Conclusion générale, dont la première phrase est pour le moins accablante: «Alors qu'en 5 ans (de 1998 à 2002), le chiffre d'affaires a augmenté de 17pc (passant de 1096393€ à 1288996€), les rémunérations sont passées de 131223€ à 308296€, soit une progression de 234pc (...)

«Les services et biens divers incluant les frais de téléphone, de déplacements et de représentation, représentent près de 25pc du chiffre d'affaires.» Enfin, le suivi d'audit met en exergue de graves problèmes liés à la gestion locative des biens, la négligence dans les entretiens des maisons et de leurs abords (malgré le paiement de charges), le remboursement extrêmement long des garanties locatives, etc. Des constats qui se passent de tout commentaire, le procureur du Roi, rappelons-le, ayant été saisi depuis quatre ans déjà.

© La Libre Belgique 2005