Le ministre Dewael devra s'expliquer

Le ministre VLD de l'Intérieur, Patrick Dewael, a rompu la trêve des confiseurs de manière tonitruante. En lançant, samedi dans «Gazet van Antwerpen», deux «petites idées» en matière de politique des étrangers, le vice-Premier VLD s'était immédiatement attiré les foudres des associations qui aident les sans-papiers dans leurs démarches administratives.

Le ministre Dewael devra s'expliquer
©TANGUY JOCKMANS
An.H.

Le ministre VLD de l'Intérieur, Patrick Dewael, a rompu la trêve des confiseurs de manière tonitruante. En lançant, samedi dans «Gazet van Antwerpen», deux «petites idées» en matière de politique des étrangers, le vice-Premier VLD s'était immédiatement attiré les foudres des associations qui aident les sans-papiers dans leurs démarches administratives. Même s'il a, entre-temps, légèrement tempéré ses propos, le ministre Dewael a lourdement insisté sur les sanctions auxquelles s'exposent ceux qui aident ou hébergent des personnes en séjour illégal sur le territoire belge en évoquant les dispositions prévues par l'article 77 et 77 bis de la loi de 1980 sur le statut administratif des étrangers.

Patrick Dewael a ensuite indiqué son souhait d'instaurer une carte d'identité électronique comprenant des données biométriques (empreintes digitales, etc.) pour les seuls ressortissants étrangers -une initiative considérée par de nombreux défenseurs des droits de l'homme et des libertés individuelles comme un acte de stigmatisation et d'humiliation pour les personnes concernées.

Les réactions politiques ne se sont pas fait attendre. Premier sur la balle: le Vlaams Belang. Prenant les déclarations de M.Dewael au pied de la lettre, le chef de file anversois du parti anversois d'extrême droite, Filip Dewinter, a annoncé lundi qu'il déposait plainte contre un responsable d'une asbl flamande, Frank Housteaux, parce qu'il soutient les personnes en séjour illégal. Au passage, l'homme fort du Blok/Belang en remet une couche en appelant à la «recherche active» des illégaux, via des «identifications de quartier» et à l'aménagement d'un centre de regroupement des illégaux dans un bateau sur l'Escaut.

Mais du côté francophone, on se dit outré par la sortie de Patrick Dewael, qui devra répondre à plusieurs questions orales du PS, mercredi, en commission de l'Intérieur de la Chambre.

S'agissant de la carte d'identité électronique, le parti socialiste se déclare fermement opposé au principe du «flicage» des étrangers. «On ne peut pas le tolérer.» Pas plus que la criminalisation de l'aide aux illégaux. Les articles 77 et 77 bis visent la traite et le trafic d'êtres humains, pas le simple citoyen qui donne un coup de main aux sans-papiers, rappelle-t-on avec force au PS.

De son côté, Olivier de Clippele, président de la Fabrique d'Eglise Saint-Boniface à Ixelles, occupée par de nombreux sans-papiers, a adressé une lettre ouverte au ministre lui rappelant également ce distinguo.

© La Libre Belgique 2006

Sur le même sujet