Une mise à l'abri générale

Aucun cas de contamination d'oiseaux sauvages par le H 5N 1 n'a encore été recensé sur le territoire. Reste que la proximité avec les pays touchés par la grippe aviaire ainsi que l'approche des migrations de retour ont poussé les autorités à prendre des mesures de protection. Certaines sont contraignantes dès aujourd'hui, comme le confinement obligatoire de toutes les volailles.

Une mise à l'abri générale
©Devoghel
R.C.

Alors que la grippe aviaire semble faire tâche d'huile, la Belgique reste pour le moment épargnée. Aucun cas de contamination d'oiseaux sauvages par le H 5N 1 n'a encore été recensé sur le territoire. Reste que la proximité avec les pays touchés par la grippe aviaire ainsi que l'approche des migrations de retour ont poussé les autorités à prendre des mesures de protection. Certaines sont contraignantes dès aujourd'hui, comme le confinement obligatoire de toutes les volailles.

C onfinement. A partir de ce 1ermars, le confinement dans les exploitations de volailles des particuliers et des professionnels est obligatoire sur l'ensemble du territoire belge, et plus uniquement dans les zones naturelles sensibles (c'est-à-dire proche des couloirs de migration des oiseaux sauvages). Objectif: réduire les risques au maximum en limitant le contact avec les oiseaux sauvages.

M odus operandi. Concrètement, il s'agit pour les éleveurs et les particuliers de séparer par une cloison la volaille des oiseaux sauvages, voire de les enfermer et de veiller à ce que les volailles et autres oiseaux soient nourris et abreuvés à l'intérieur, ceci afin d'éviter d'attirer les oiseaux sauvages.

R isques. Les cas humains de décès recensés pour cause de grippe aviaire résultent uniquement de contaminations d'animal à homme. Les personnes contaminées vivaient en contact étroit avec des animaux contaminés et ce dans de mauvaises conditions d'hygiène. Le risque qu'une telle contamination puisse se produire dans les conditions qui sont actuellement les nôtres est minime. D'autant plus que chez nous aucun cas d'oiseaux sauvages contaminés par le H 5N 1 n'a encore été détecté.

D anger. Rappelons que ces mesures de protections n'induisent pas un danger à consommer la viande de volaille et des oeufs. Par ailleurs, le fait qu'un ou plusieurs foyers de grippe aviaire seraient détectés en Belgique ne signifierait pas non plus automatiquement qu'il y ait danger. Si les aliments sont bien cuits -porté à 70°C, le virus est détruit- ils ne comportent pas de risques.

G rippe classique. Les aviculteurs, les propriétaires d'exploitation porcine ont déjà été contactés par les autorités pour qu'ils se fassent vacciner contre la grippe classique. Cela ne signifie pas qu'ils sont immunisés contre la grippe aviaire. Cette vaccination vise en fait à les protéger d'une éventuelle recombinaison de la grippe classique avec la grippe aviaire.

V accination. La vaccination des volailles n'est pas à l'ordre du jour. Le comité scientifique «Influenza» est plutôt d'avis que la vaccination ne doit être retenue qu'en cas d'endémie de grippe aviaire.

C ontrôle. Pour ce qui concerne les détenteurs privés, les services de police exerceront un contrôle sur le respect du confinement. Pour ce qui concerne les détenteurs professionnels, c'est aussi la police qui est chargée en premier lieu des contrôles, l'Agence fédérale de la sécurité alimentaire (Afsca) prend ensuite le relais.

S anctions. Les personnes qui contreviendraient à l'obligation de confinement des volailles pourraient être sanctionnées par la confiscation, voire la destruction, de leurs volailles. Tous les frais de l'hébergement ou de la mise à mort éventuelle des animaux saisis sont à charge du détenteur.

I nformations. Le call-center «Influenza» a vu ses effectifs renforcés. La population peut adresser toutes ses questions relatives à la grippe aviaire au numéro gratuit 0800.99.777, les jours ouvrables de 9 à 17 heures. Le week-end, le central est ouvert de 10 à 18 heures.

© La Libre Belgique 2006