«Il faut organiser une rotation des réviseurs»

PHILIPPE LAWSON

ENTRETIEN

Que pensez-vous de la polémique autour du cabinet DC&Co?

Il y a d'abord une difficulté à établir la réalité des choses. Quand on pose des questions aux différents ministres pour avoir le bureau du réviseur qui contrôle tel organisme d'intérêt public (OIP) wallon ou telle intercommunale ou encore le nom de la personne qui gère le dossier au sein du bureau, on a du mal à avoir des réponses. Quand on les a, on découvre des choses surprenantes. Sur base des chiffres communiqués par le ministre wallon Courard, on note que le cabinet DC&Co de Frédéric Daerden s'occupe de près de 20 pc des intercommunales wallonnes. Indépendamment de son cas, on note que quelques bureaux de réviseurs contrôlent les intercommunales et les OIP.

Comment expliquez-vous cette situation?

Elle est principalement due à la conjonction de deux éléments. Il y a d'une part une hyperspécialisation du métier de réviseur, mais leur vocation n'est pas seulement de s'occuper des structures publiques. D'autre part, un autre élément qu'il ne faut pas oublier est la grande capacité de ces spécialistes à aller dans les failles du système qui ne s'est pas assez protégé. Il n'y a pas d'illégalité en tant que telle, mais cela crée un réseau d'affinités qu'il faut casser.

Que proposez-vous au niveau wallon?

La transparence et un contrôle externe indépendant sont des éléments importants pour redorer le blason du système public wallon. Il est donc nécessaire que des règles soient adoptées pour mettre fin aux différentes situations hégémoniques en Wallonie. Il faut créer un système d'incompatibilité plus dure au niveau fédéral. Sur le plan régional, il faut organiser une rotation systématique des cabinets de réviseurs en exercice au sein d'une structure publique après 3 ans. Il faut également renforcer les règles d'indépendance financière, en limitant le poids que des entités relevant d'une même autorité peuvent représenter dans les honoraires d'un cabinet ou en limitant la part qu'un cabinet peut contrôler dans un même secteur.

© La Libre Belgique 2006