Le PS se dit abusé

Les malversations administratives à Charleroi semblent durer depuis une dizaine d'années, a indiqué lundi le procureur du Roi de Charleroi, qui a fait le point à propos de l'inculpation du bourgmestre Jacques Van Gompel. De son côté, le PS via son président, se dit "abusé". Ecouter l'interview d'Olivier Chastel réalisée par nos confrères de Ciel FM

d'après Belga
Le PS se dit abusé
©BELGA

Les malversations administratives à Charleroi semblent durer depuis une dizaine d'années, a indiqué lundi le procureur du Roi de Charleroi, qui a fait le point à propos de l'inculpation du bourgmestre Jacques Van Gompel.

Il a notamment souligné que l'inculpation du bourgmestre se justifiait par le fait qu'il était le responsable du budget communal faussé par ces malversations.

Par ailleurs, le bureau PS estime a voir été abusé dans cette affaire. Des éléments de dossiers ont été cachés aux membres du Bureau du PS, en particulier lors de la réunion du 29 mai 2006, a indiqué le président du PS Elio Di Rupo, qui affirme que le Bureau du parti a "manifestement été abusé". Tout en rappelant la présomption d'innocence et sans préjuger des décisions que pourraient prendre les cours et tribunaux une fois les dossiers complètement instruits, Elio Di Rupo en appelle à ce que chacun collabore avec la justice pour que toute la vérité apparaisse pleinement et ce, dans les meilleurs délais.

Dans l'immédiat, le PS demande au gouvernement wallon qu'il dépêche à Charleroi un délégué spécial du gouvernement qui présidera un comité d'audit externe composé notamment de réviseurs indépendants, de représentants des administrations de tutelle, des marchés publics et des finances communales.


Le ministre Courard ordonne un audit externe Le ministre wallon des Affaires Intérieures(PS), a décidé lundi d'ordonner la réalisation d'un audit externe sur la situation à la Ville de Charleroi. L'organisation de l'audit devra être approuvée par le gouvernement wallon dans les prochains jours, "peut-être même avant jeudi". L'audit sera réalisé par des experts publics et privés. Un marché public va être ouvert afin d'engager deux bureaux de réviseurs d'entreprises. "Je souhaite qu'il y ait plusieurs bureaux afin qu'ils puissent travailler en toute indépendance", a précisé Philippe Courard à l'Agence Belga.