Interdiction communale pour trois races de chien

Le bourgmestre de Chapelle-lez-Herlaimont, Patrick Moriau, a signé mardi un arrêté d'interdiction des chiens dangereux sur le territoire communal visant trois races: l'american staff, le bull terrier et le pitt bull, a-t-on appris mardi dans un communiqué. Forum spécial sur ce sujet

Belga
Interdiction communale pour trois races de chien
©Devoghel

Le bourgmestre de Chapelle-lez-Herlaimont, Patrick Moriau, a signé mardi un arrêté d'interdiction des chiens dangereux sur le territoire communal visant trois races: l'american staff, le bull terrier et le pitt bull, a-t-on appris mardi dans un communiqué. Ces mesures font suite à la grave morsure dont a été victime un garçonnet de 5 ans, le 11 mai dernier.

"Seule l'interdiction de ce type de chien permettra de diminuer les risques d'agression, même si le risque zéro n'existe pas", note Patrick Moriau. L'interdiction des chiens réputés dangereux repose sur les avis de nombreux spécialistes, selon lesquels les trois races concernées "n'ont pas leur place dans nos communes rurales ou urbaines", précise-t-on dans le communiqué. Les propriétaires actuels d'un tel chien devront suivre une formation à l'éducation de l'animal et, ensuite, se présenter dans un centre agréé de dressage pour l'octroi de l'autorisation de garder le chien.

Ils devront s'y rendre tous les six mois afin de vérifier la non-dangerosité du chien, qui devra en outre être stérilisé. L'arrêté du bourgmestre chapellois vise une deuxième catégorie, les chiens de plus de 15 kilos. Leurs propriétaires devront les déclarer au bureau de police et un agent se rendra à leur domicile afin d'évaluer les conditions de détention de l'animal et les éventuelles dispositions complémentaires à prendre.

Tous les chiens de plus de 15 kilos devront être tenus en laisse et porter une muselière sur la voie publique. Les propriétaires devront être majeurs et posséder une assurance de responsabilité civile. Par ailleurs, tous les chiens, sans distinction, doivent être tenus en laisse et ne peuvent errer seuls dans la rue. Le non-respect des présentes dispositions entraînera des amendes administratives, la saisie et l'euthanasie de l'animal, prévient Patrick Moriau.

D'autres villes et communes se penchent sur la question des chiens réputés dangereux, comme, ces derniers jours, La Louvière et Lens.