Premier tour des partis pour Reynders

"Nous sommes prêts à prendre nos responsabilités mais pas à n'importe quel prix", a dit la présidente du cdH, Joëlle Milquet, lundi midi après son entretien avec l'informateur, Didier Reynders. Elle a aussi répété que son parti était opposé à toute réforme de l'Etat qui serait contraire aux intérêts des francophones. Ecolo, via Jean-Michel Javaux et Isabelle Durant, a parlé contenu de programme et pas coalition. Pour eux, le signal de l'électeur écologiste est clair.

Belga
Premier tour des partis pour Reynders
©BELGA

"Nous sommes prêts à prendre nos responsabilités mais pas à n'importe quel prix", a dit la présidente du cdH, Joëlle Milquet, lundi midi après son entretien avec l'informateur, Didier Reynders. Elle a aussi répété que son parti était opposé à toute réforme de l'Etat qui serait contraire aux intérêts des francophones ainsi qu'à une scission de l'arrondissement de Bruxelles-Hal-Vilvorde.

"Nous avons exposé nos priorités", a dit Mme Milquet. "Nous avons insisté sur la nécessaire bonne gouvernance. Nous voulons un plan pour l'emploi, un plan contre la violence, des avancées sociales, des avancées pour les familles. Nous voulons aussi un ministère du climat et de l'environnement". Le cdH veut encore des précisions sur la situation budgétaire pour savoir dans quel cadre financier il sera possible de travailler. La présidente du cdH a répété que son parti était opposé à toute réforme de l'Etat qui serait contraire aux intérêts des francophones.

A ce propos, elle a rappelé que la discussion institutionnelle devrait se faire dans le cadre de l'unité des francophones.

L'écologie doit être au centre des préoccupations

Pour les écologistes francophones, l'essentiel est le contenu du programme. "Nous avons parlé contenu, contenu, contenu" ont dit les secrétaires fédéraux d'Ecolo Jean-Michel Javaux et Isabelle Durant après leur entretien avec l'informateur Didier Reynders. Pour eux, le signal de l'électeur écologiste est clair. L'écologie doit être au centre des préoccupations, ont dit M. Javaux et Mme Durant, mais aussi le social, les sans-papiers, la bonne gouvernance....

"Nous sommes reçus le jour même où les journaux titrent sur une augmentation du gaz qui s'inscrit dans le problème général de l'énergie. C'est bien la preuve qu'il est temps de se pencher sur ce problème", a noté Isabelle Durant. "Tout au long de la campagne nous avons mis l'accent sur notre programme. Nous avons fait la même chose ici. Nous avons souligné les points qui étaient importants pour nous", ont dit les secrétaires fédéraux. Et d'ajouter que l'institutionnel n'a jamais été au centre de leurs préoccupations. "Mais nous sommes toujours prêts à discuter notamment pour améliorer le fonctionnement de l'Etat. Nous sommes ouverts au dialogue tout en étant dans la ligne de défense des francophones. Nous avons par exemple toujours dit que nous étions pour une transformation du Sénat en véritable Sénat des Communautés et des Régions. Nous avons aussi toujours dit que nous étions favorables à l'élection d'une cinquantaine de députés sur une circonscription unique", ont-ils ajouté.

Ils ont refusé de se prononcer sur l'une ou l'autre coalition. "On n'en est pas là. On est au stade de l'information. Nous avons fait part de nos préoccupations. Nous rappelons que nous sommes allés aux élections les mains libres. On verra ce que l'informateur tirera comme conclusion de ses consultations", ont-ils encore dit.

La présidente de Groen! , Vera Dua, a été la dernière à être reçue par l'informateur lundi. Après la rencontre, elle a indiqué qu'elle avait souligné les thèmes essentiels pour son parti: l'écologie, bien entendu, mais aussi la lutte contre la pauvreté ou le problème des demandeurs d'asile. Quant à l'institutionnel, elle a souligné qu'il fallait trouver une solution pour Bruxelles-Hal-Vilvorde. En ce qui concerne une réforme de l'Etat, elle a estimé qu'il fallait une discussion sereine, ajoutant que Groen! était prêt à y participer.

"Nous sommes disposés à parler avec tout le monde mais nous ne voulons participer à une réforme que si elle améliore la fonctionnement de l'Etat et la vie des citoyens. Pas de réforme pour la réforme", a dit Mme Dua.

Enfin, elle a insisté sur le fait que Groen! forme un groupe très modeste au parlement. "Nous sommes très contents de former un groupe commun avec Ecolo mais nous sommes conscients de rester un très petit groupe", a-t-elle ajouté.