Victoire et incertitudes

Après les émotions et les rebondissements de la journée de lundi qui s'était soldée par la libération soudaine et inattendue de Angelica et sa maman, l'heure est à présent au bilan et aux explications. Sur les circonstances exactes de cette tentative d'expulsion d'abord et les accusations de brutalités policières dont Ana Cajamarca et sa fille disent avoir été victimes durant leur transfert.

Grégoire Comhaire
Victoire et incertitudes
©BELGA

Après les émotions et les rebondissements de la journée de lundi qui s'était soldée par la libération soudaine et inattendue de Angelica et sa maman, l'heure est à présent au bilan et aux explications.

Sur les circonstances exactes de cette tentative d'expulsion d'abord et les accusations de brutalités policières dont Ana Cajamarca et sa fille disent avoir été victimes durant leur transfert. Si la Police fédérale démentait formellement mardi avoir maltraité les deux équatoriennes, on apprendra un peu plus tard qu'il y a bien eu "confrontation physique" mais de la part d'agents de l'Office des étrangers. Ces faits faisant suite, selon l'Office, à une tentative d'évasion d'Ana sur le tarmac de l'aéroport.

Selma Benkhalifa, l'avocate de la famille reconnaît que sa cliente s'est effectivement débattue mais s'étonne des mesures répressives de la part des agents qui l'accompagnaient vu que sa cliente avait été informée qu'elle avait, à ce stade, le droit de "refuser de monter dans l'avion".

Il appartiendra à l'enquête de déterminer l'exactitude de ces faits, car les conseils d'Ana Cajamarca ont d'ores et déjà annoncé leur intention de déposer plainte contre X, jeudi matin, pour coups et blessures.

Toutefois, la préoccupation principale de la famille et de leurs avocats pour les prochains jours sera bien évidemment la régularisation de leur situation puisque, comme le rappelle à juste titre l'Office des étrangers, Angelica et sa maman sont toujours illégales et doivent donc "quitter le territoire belge aussi vite que possible."

Un dossier de régularisation sera donc déposé auprès du bourgmestre de Saint-Josse avant la fin de la semaine, dossier qui s'appuiera notamment sur l'intégration de la famille en Belgique - le compagnon de la maman est d'ailleurs belge -, de même que sur la scolarité de la petite Angelica.

Les chances d'aboutissement paraissent malheureusement assez minces à l'heure actuelle, en raison notamment du pouvoir discrétionnaire attribué à l'administration et du manque de critères légaux en la matière. En ce sens, on pouvait ainsi présager que la très importante médiatisation de leur cas n'agirait peut-être pas en la faveur d'Ana Cajamarca et de sa fille.

Mardi soir, à la sortie de Val Duchesse, le ministre de l'Intérieur, Patrick Dewael, indiquait à ce stade ne pas vouloir changer les critères de régularisation.