Van Rompuy explore dans la discrétion

Dans le cadre de la mission d'exploration qui lui a été confiée, le président de la Chambre Herman Van Rompuy (CD&V) a déjà eu plusieurs entretiens. Il a rencontré dès mercredi soir l'ex-formateur Yves Leterme (CD&V). Jeudi matin, il a rencontré Bart De Wever, de l'Open Vld, Bart Somers, du CD&V, Jo Vandeurzen et du cdH Joëlle Milquet. L'édito de Michel Konen Les choses sérieuses commencent Des étudiants flamands proclament l'indépendance de la Flandre Notre dossier: Val Duchesse Academy Réagissez sur notre forum Herman Van Rompuy

Belga
Van Rompuy explore dans la discrétion
©BELGA

Dans le cadre de la mission d'exploration qui lui a été confiée, le président de la Chambre Herman Van Rompuy (CD&V) a déjà eu plusieurs entretiens. Il a rencontré dès mercredi soir l'ex-formateur Yves Leterme (CD&V). Jeudi matin, il a rencontré Bart De Wever, président de la N-VA et Bart Somers, président de l'Open Vld.

Après sa désignation en tant qu'explorateur, Herman Van Rompuy a fait savoir qu'il avait l'intention de travailler dans la plus grande discrétion. Très peu d'informations ont en tout cas filtré jusqu'à présent.

La seule chose qu'on sait avec certitude c'est qu'il a rencontré Yves Leterme mercredi soir - il l'avait lui-même annoncé - et qu'il a vu jeudi matin les présidents de la N-VA et de l'Open Vld. Au MR on disait qu'il n'y avait encore eu aucun contact avec l'explorateur.

La mission de M. Van Rompuy consiste a lever les obstacles afin de relancer les discussions pour la formation d'un gouvernement fédéral et dans ce cadre le problème le plus compliqué est celui de la recherche de la majorité des 2/3 pour réaliser certaines réformes institutionnelles. L'explorateur devra notamment voir comment arriver à réunir une telle majorité au parlement alors que l'orange bleue ne dispose que d'une majorité simple (81 voix sur 150). Le cdH a, dès le début, insisté sur le fait qu'en cas de soutien extérieur il fallait veiller à ce qu'il soit équilibré entre francophones et flamands.

Dans un des partis de la potentielle orange bleue, on suggérait qu'une des solutions serait d'obtenir le soutien du PS, à l'intérieur ou de l'extérieur du gouvernement. Ce scénario était d'ailleurs évoqué dans la note au statut incertain photographiée dans les mains de Jean-Luc Dehaene alors qu'il se rendait au Palais au début de la semaine.

Les libéraux ont jusqu'à présent toujours dit être opposés à la tripartite traditionnelle mais dans ce cas de figure il s'agirait d'un gouvernement asymétrique avec MR, PS et cdH du côté francophone et CD&V/N-VA et Open Vld côté flamand. Un tel gouvernement disposerait de 101 voix mais le montage semble très alambiqué.

Certains évoquent aussi la possibilité de l'entrée du PS au détriment du cdH. Une telle coalition disposerait de 91 voix, ce qui n'est pas suffisant pour avoir les 2/3 mais permet de faire en sorte que la N-VA n'est plus indispensable à la majorité simple. Le montage est tout aussi alambiqué et il n'est pas sûr qu'il suscite plus d'enthousiasme que le précédent.

Sur le même sujet