20.000 drapeaux bruxellois distribués par des citoyens

Quelque 20.000 drapeaux bruxellois ont été distribués dans la nuit de dimanche à lundi dans les 19 communes bruxelloises et deux de la périphérie, à Crainhem et Wezembeek-Oppem, par un groupe de citoyens.

BELGA
20.000 drapeaux bruxellois distribués par des citoyens
©Bauweraerts

Quelque 20.000 drapeaux bruxellois ont été distribués dans la nuit de dimanche à lundi dans les 19 communes bruxelloises et deux de la périphérie, à Crainhem et Wezembeek-Oppem, par un groupe de citoyens qui estime que la réalité bruxelloise, région multilingue et multiculturelle, n'est actuellement pas correctement rencontrée au sein des institutions belges.

Des grands drapeaux bruxellois ont été également pendus à différents endroits routiers stratégiques à Bruxelles, comme à Delta, rue de la Loi ou encore au Tunnel Léopold II. Cette action se veut apolitique et a été financée sur fonds propres (soit au total 3.000 euros) par les organisateurs qui envisagent depuis quelques mois de créer une asbl.

"La crise actuelle est une opportunité pour se réapproprier le débat politique. Il y a un fossé entre la réalité multiculturelle de Bruxelles et le discours politique. Ce n'est pas une critique du politique mais un appel à faire de Bruxelles une solution pour l'avenir de la Belgique", explique Jean-François Thayer, l'un des trois auteurs du projet.

Ce citoyen, devenu conseiller communal, avait déposé plainte avec l'un des deux autres organisateurs contre Yves Leterme pour ses propos tenus dans le journal français "Libération", selon lesquels "apparemment, les francophones ne sont pas en état intellectuel d'apprendre le néerlandais".

"Nous défendons la Belgique et pour qu'elle soit efficace il faut développer Bruxelles qui unit les deux grandes communautés du pays. Un petit drapeau belge figure d'ailleurs sur les drapeaux que nous avons distribués. Il faut sortir de l'opposition Flamands/Francophones et Bruxelles doit être perçue comme une solution et non un problème. Il faut promouvoir le bilinguisme", estime Jean-François Thayer.

Si les initiateurs du projet sont trois francophones bilingues, ils précisent qu'ils ont obtenu le soutien et des mails d'encouragement de néerlandophones bruxellois et de la périphérie. "L'objectif n'est pas de faire une opération one-shot mais de proposer par exemple par la suite des débats. Nous voulons apporter notre pierre à l'édifice et permettre aux gens des deux communautés mais aussi aux politiques de se parler. La promotion de la diversité à Bruxelles ne se fera pas en un seul jour", conclut Jean-François Thayer.